Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 14:04

Face à la mort, l’homme a commencé par avoir peur. Il s’est forgé une âme, des fantômes, un paradis, une vie après la mort et autre nirvana. La foi chrétienne s’appuie sur la résurrection du christ, fils de Dieu et sur l’existence d’un enfer et d’un paradis pour parler de la mort. Les bouddhistes nous parlent de réincarnation. Pourtant la seule certitude que l’homme peut avoir c’est qu’un jour son corps va s’arrêter de vivre.

Face à la mort, les réactions de peur ont évolué vers la bravoure. La mort est défiée et la vie devient une victoire.

Mais de nos jours, la mort semble désirée, voulue voire espérée. On se drogue, on se fait mal, on se coupe, on se pend… Pourquoi la mort choisit tel individu et pas tel autre ? Pourquoi celui-là veut vivre et ne peut pas et tel autre souhaite mourir mais d’autres meurent ?

 

La mort fait-elle encore peur ? Peut-être à ceux qui souhaitent vivre. Pour les autres, c’est la vie qui fait peur. Angoisse de devoir se lever le matin, de faire des choix tout au long de la journée…

 

Mais la mort ou la vie ne résultent pas de choix individuels ou collectifs. Il y a une large part à laquelle l’homme n’y peut rien. Il aimerait pouvoir tout maîtriser. Ou expliquer ces "choix" comme voulu par un Autre. Pourtant la Nature n'est pas décisionnaire. Et l'homme doit accepter de subir.

Repost 0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 09:44
Comment ne pas avoir de cliché sur les Parisiens? On les voit râleur, pas souriant, pas avenant. Je pensais devenir Parisienne de plus en plus. Mais hier j'étais tellement énervée que ce n'était plus une Parisienne mais une furie... Je n'avais qu'une envie c'était d'être transparente que personne ne me parle, ne me regarde, ne me remarque. Chaque regard, chaque mot était ressenti comme une agression et ne me donnait qu'une envie celle d'être violente. Une telle force en moi, une telle déferlente d'énervement...
séance de sport pour calmer tout ca. Mais un gars s'est mis derrière moi à attendre que je finisse ma séance. Il s'est meme permis de me dire que je ne devais faire plus de 30 min le soir. (tu veux mon poing dans ta gueule?) D'où sort cette règle? Où est-ce écrit? Nulle part... Ce ne serait qu'une règle tacite pour le bon déroulement de la séance de tous! Bon déroulement? mais qu'est ce que j'en ai à foutre?! Rien. Je veux juste me détendre, seule, que personne ne voit, ne m'adresse la parole. Est-ce trop demander?

AAAAAAAARRRRRRRGGGGGGGGHHHHHHHHHH
Repost 0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 14:52

 

On commence par éplucher et tailler trois échalotes. Les yeux piquent et les larmes coulent. Elles sont punies dans la poêle avec de l'huile de tournesol. Elles se font envahir par le riz qui arrive en pluie dans la poêle. Le riz s'exprime avant de prendre une saucée aromatisée au bouillon de viande. Il nage, plonge et virevolte dans ce bouillon. A vue d'œil, il manquait du riz, le cerveau embrumé croit choisir la bonne boîte mais au moment de verser, c'est du quinoa qui rejoint le riz dans la poêle... Oups! Allons-y gaiement, osons le mélange.
Rajout d'eau et de macédoine, plus on est de fou, plus on riz! Alors des saucisses coupées en morceau viennent finaliser l'orchestre. Manque plus que le curry pour relever le goût et lancer le concert! Les yeux voilés choisissent l'épice mais voient dans la poêle une poudre plus foncée. Le nez détecte une odeur différente. Bizarrement, ce n'était pas du curry mais du cumin qui a finalisé le plat. D'erreur en erreur, le risotto au curry s'est transformé en un plat assez surprenant et succulent à mon goût.

Hier soir, l'idée était de faire un risotto au curry. Vu l'état de fatigue et un début de grippe naissant, le plat au final ne ressemblait pas vraiment à l'idée de départ.

Repost 0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 10:30
Emission américaine diffusée du MTV, Kiffe ma mère organise la rencontre d'un jeune homme avec trois mamans. Comme toute émission dite de télé-réalité, on se pose la question de savoir si ce sont des acteurs ou des vrais gens. En tout cas, c'est tellement nul que ca en devient comique. Au bout de la deuxième vision, on est déjà écoeuré de la bêtise de l'émission.

Le concept s'appuie sur le fait que les enfants ressemblent à leur parent, notamment une fille à sa mère. Le garçon pose sa candidature pour faire une rencontre (j'ose pas dire amoureuse, tellement tout paraît surperficielle dans ce programme). Il choisit une de ses activités qu'il partagera avec la maman. L'une après l'autre, les mamans essaient de décrire leur progéniture avec leurs qualités et leurs défauts : physique et caractère. Forcément, leur fille est magnifique. Par contre, la qualité qui revient souvent (je savais qu'on pouvait ca comme une qualité), est la grosseur des seins des filles. Les filles ont toutes 19-20 ans. Le jeune homme choisit bien entendu la mère qui a les plus gros seins supposant que la fille a les mêmes voire la taille au dessus.
Avec cette brève description, on comprend vite la vulgarité de cette émission. Et, pourtant, je trouve que l'idée de base d'apprécier les parents de son partenaire me paraît pertinente.
Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 18:03
Une attitude, un physique, une posture... de nombreux éléments donnent déjà une idée de l'ensemble. Il arrive régulièrement qu'une première impression ne soit pas la bonne. MAIS on peut aussi savoir très vite si on a envie d'en savoir plus sur une personne qu'on rencontre pour la première fois.
Honnêtement, un homme cheveux longs, distants, un peu planant dans son monde ne m'intéresse pas de prime abord. Nos mondes ne se mêlent pas. Aucune envie de connaître sa vie.

Partager une culture, des passions, une certaine vision du monde est souvent une bonne base pour la création d'une relation amicale. Le partage me semble être très précieux. Un goût pour l'écriture, la musique, le cinéma... Si quelques goûts en commun préexistent, la relation peut s'étendre sur la découverte d'autres artistes ou d'autres oeuvres.

Parmi mes amis, certains ont peu de goût en commun avec moi. Parfois, le partage se situe au niveau des valeurs ou d'une vision du monde. Parfois cela s'appuie sur une histoire commune.

Dans l'avenir, à l'âge dit adulte, les rencontres sont plus rares. On devient plus exigeant et les amis se comptent sur les doigts de la main. On peut croire qu'on gagne du temps en ne connaissant pas ceux sur qui on a des préjugés. Mais peut-être est-ce juste de la feignantise... Est-on exigeant ou fermé aux autres?
Repost 0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 10:48
LUI : "Y a pas trop monde pour un concert comme celui-là. J'aurai imaginé être serré. J'ai acheté ma place ce matin sur internet. Et toi? tu as su comment pour le concert?"
ELLE : "Ben (elle réfléchit). J'ai regardé sur le site de la fnac..."
LUI : "tu connais bien le Parliament?"
ELLE (hésitante) : oui (un silence)
LUI : "c'est dingue qu'il y ait si peu de monde, non?"
ELLE : "il y a eu peu de publicité." elle se mit à penser au concert de son artiste qu'elle ne pourrait pas voir. Concert complet)
LUI : "c'est le moment que je connais bien. Je suis régisseur de plateau. Mais pour du classique. "
ELLE : "ah oui? pour un orchestre?"
LUI : "oui! Pour l'orchestre L..., tu connais?"
ELLE (fait signe de la tête que oui)
LUI : "Je fais aussi de la musique de chambre. Faut bien faire ses heures. Tu es dans le milieu artistique, toi aussi?"
ELLE : "Je fais du théâtre (avec un grand sourire). Mais en amateur... (timide, s'imaginant se créer un personnage pour la soirée)
LUI : "C'est vrai? c'est chouette! Vous arrivez à monter des trucs avec la troupe?"
ELLE : "oui (hésitante) de temps en temps..."

Silence

ELLE (danse et sourit)
LUI (est rejoint par son ami avec un verre de bière)
ELLE (se demande si il va lui proposer un verre et se rassure en voyant qu'il ne bouge pas)
LUI : "tu crois que tout le monde va être là? Même Bootsy Collins?"
ELLE : "Je sais pas."
LUI (finit son verre de bière)
ELLE (danse et bouge la tête sur le rythme du funk)
LUI (la regarde) : "tu veux un chewing gum?"
ELLE : "oui (sourire) merci! (hop dans la bouche, puis se tourne vers la DJ)
LUI (se tourne vers son ami et papote avec lui)

Le concert commence. Elle bouge et ne le voit plus. La musique bat son plein.

ELLE (sent qu'on lui touche le bras)
LUI : "ca va? ca te plait?"
ELLE : (en joignant le geste à la parole) : "oui"

Le concert continue à avancer. ELLE s'agace de voir débarquer un mec qui allume son joint juste devant elle. ELLE danse mais se lasse de l'ambiance mêlant shit et transpiration. ELLE a l'impression d'être transpirante de partout.

ELLE sort son ticket et s'évente.

ELLE danse et remue la tête au rythme de la musique....

Voilà près de 2h qu'ils sont debout à danser et lever les bras. ELLE a chaud. ELLE soulève ses cheveux et sent un souffle dans son cou. ELLE se retourne et voit LUI. ELLE sourit et apprécie. LUI sourit et continue à lui souffler dans le cou. ELLE redescend ses cheveux et continue de danser. ELLE sent quelque chose sur sa jupe et bouge ne sachant pas ce que c'est. ELLE danse et bouge sans trop se soucier de quoi que ce soit.

ELLE sent et comprend que LUI pose sa main sur sa hanche, la décale pour que ses fesses touchent son jean. ELLE sent quelque chose et suppose que ce n'est pas son portable. ELLE repousse sa main et se décale franchement. Ce simple geste rappelle à ELLE toutes ses années où ELLE se serait laissée faire. Mais maintenant il y a un jeune homme dans sa vie.
Repost 0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 16:46
MAINTENANT

Question que se posait Cali il y a quelques années? A ce moment-là, je m'interrogeais également. Et aujourd'hui j'ai la réponse.
Etre dans les bras de Mamour, m'endormir ma tête posée au creux de son cou, me balader main dans la main...
Mais aussi, travailler dans une ambiance agréable, rencontrer des collègues sympathiques...

C'est ca le bonheur!

C'est étonnant mais du coup, les petits malheurs nous paraissent si petits. Et paradoxalement, on est ému par peu de choses, un sourire, un contact, un discours... Une absence!

Je vais peut être finir par chanter "Don't worry and be happy!"
Repost 0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 15:59
L'homme-chauve-souris est né dans le dernier Batman Begins. Nous avons le plaisir de le retrouver affronter l'un de ses plus fameux adversaires : le joker. Personnage intéressant et passionnant! Il tient le film à lui tout seul. Il est intrigant. Chaque fois qu'il le peut il donne une explication différente aux cicatrices sur son visage. Where is the truth?
Quant à Batman, il trouve enfin un peu de fil à retordre. Il ne doit pas affronter des petits malfrats de bas étages mais la mafia et un leader charismatique. Le film s'interroge sur deux thèmes majeurs : la confrontation du bien et du mal et surtout l'incarnation d'un leader : chevalier noir ou blanc. La population a-t-elle besoin d'un chef? Mais qui doit désigner le chef? Sous-jacent au scénario, il apparaît que les meilleures décisions ne sont pas prises par les héros (on est pourtant dans le monde du Comics) mais bien par la population par le vote. A quoi sert le courage s'il doit mener au désastre et à la mort? Mes réflexions peuvent surprendre si on n'a pas encore vu le film. Mais je ne souhaite pas trop en dévoiler car c'est un beau spectacle à voir. Loin d'être un chef d'oeuvre, ce film est plutot pas mal!
Repost 0
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 13:14
Grand débat lors d'un week-end entre amis en Ardèche :
                                                     faut-il une suite à un film ou pas?

Le cinéma est un art et une industrie en même temps. Les suites sont parfois intéressantes mais souvent elles ne valent pas le premier film. Le film Matrix était bien fait et intéressant. Il est complet et ne nécessite pas de suite. La fin ouverte se suffit à elle-même. Je n'ai jamais vu la suite par choix. D'autres films engendrent une suite par plaisir et par logique. On peut penser à Retour vers le futur, par exemple. D'autres suites sont très discutables. Un suite à Scream, pourquoi faire? ben du fric voyons... Un jurassic Park 2? non pas besoin... Par contre, il arrive que les suites nous surprennent par leur logique et leur pertinence. Un bon exemple : Les valeurs de la famille Adams. Ce film garde l'esprit particulier du premier long métrage et apporte des nouveautés. De qualité égale ou supérieure! Rares sont les suites qui égalent ou surpassent le film original. Qu'en pensez-vous?
Repost 0
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 18:49
Film sorti en 1996, Strange days raconte les deux derniers jours de l'année 1999 dans un Los Angeles dévasté par une criminalité et un police toutes deux dévorantes. Un délinquant vend en douce des mini-disques permettant de vivre l'expérience avec les mêmes sensations que celui qui a filmé la scène. Le film prend le temps au début de bien nous faire comprendre les éléments imaginées et la particularité de chaque personnage. Il n'y a pas de longueur. Un certain rythme nous emmène vers une intrigue policière : la résolution de deux crimes qui en apparence n'étaient pas liés.
Ralph Fiennes est comme à son habitude excellent. L'histoire est très bien ficellée. Ecrit par James Cameron, ce scénario emporte le spectateur dans un Los Angeles imaginé et survolté. Les tensions sont si vives qu'il est possible qu'une émeute apparaisse à tout moment. La puissance d'une foule, la force de la peur et de la colère sont perceptibles à plusieurs moments du film. Le film parle également de la recherche d'échapper à une vie de coincé par la visionnage des films vendus par Lenny Nero (Ralph Fiennes). Sans imposer une morale à la fin, le film avec de l'action et du suspens nous offre un beau spectacle souligné par un acteur fabuleux (encore et toujours Ralph!)
Repost 0

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories