Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 17:01
Connue en France lors de la représentation avec Julien Clerc, la comédie musicale est une création hippie de 1969 dans un contexte très américain. Avec une actualisation 40 ans plus tard, la comédie musicale ne perd rien de son côté hippie mais perd un peu de cohérence.

Les danseurs-chanteurs-comédiens sont talentueux. Ils abordent les mêmes sujets que proposait la comédie musicale originale. Et pourtant l'histoire se déroule 40 ans plus tard. Avec l'élection de Barack Obama, un service militaire qui n'est plus obligatoire en France, d'autres types de cheveux punks, grunge et rasta. Il faut rendre compte de tout ca et garder le côté léger et hippie. Difficile jonglage.

Le talent artistique des interprètes est eclatant. Mais la pièce est fouillie : guerre, engagement, liberté, LIBERTE, sexe, amour, chant, danse, communauté... Tous ces sujets ont leur place et leur chanson. Mais Deux maîtres mots s'imposent : Liberté et Amour. Et c'est là que le bât blesse : les femmes (c'est un choix de la pièce) n'aiment pas partager leur amoureux. Sans parler de jalousie, elles attendent de la reconnaissance. Et ce n'est pas chose simple. Aimez-vous et mélangez-vous... Soyez libre !

La qualité des chants et des danses a provoqué un tonnerre d'applaudissements à la fin du spectacle. Avec un bis et un ter. Mais la petite anecdocte surprenante s'est trouvé dans le public. Au niveau du balcon, deux jeunes (dont un garçon avec des dreadlocks) étaient debouts, applaudissaient et chantaient, quoi de plus normal en somme. Mais deux rangs derrière, un homme plus agés a demandé à ces jeunes de s'assoir, avec un air réprobateur. Comme si le fait qu'ils soient debouts et lui gachent la vue, était une atteinte à sa liberté. Bizarre de voir cette accrochage après un spectacle sur la liberté et le refus des règles...
Repost 0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 14:39

Arrivé quelques années après la série, le film se passe avant l’histoire de la série. Les aficionados s’attendent à beaucoup, ayant imaginé le passé de leur héroïne tout le long des deux saisons de la série.

 

Le film est fidèle à l’histoire et aux personnages. Il reste aussi planant que peut l’être la série. Un changement surprenant cependant : l’actrice jouant Donna n’est pas la même. Et de façon assez surprenante, Moira Kelly semble mieux convenir au personnage. La meilleure amie de Laura Palmer a gagné en crédibilité et en sensibilité. Un aspect de petite fille sage sachant se lâcher et franchir sans vergogne les limites de la décence.

 

L’histoire commence avec le meurtre de Teresa Banks non loin de la ville de Twin Peaks. Ce meurtre n’émeut personne. Le corps n’est même pas réclamé. Et pourtant… le FBI se saisit de l’affaire. Les deux agents sont joués par deux visages connus : Chris Isaak et Kiefer Sutherland. Intéressant duo de personnages interprétés avec simplicité et brio. Malheureusement, le film s’intéresse plus à Laura Palmer qu’aux différents agents du FBI qui débutent le film (parce qu’il y en a d’autres).

 

Les derniers jours de Laura Palmer sont l’occasion de revoir de nombreux personnages de la série, ses amis, ses parents, ses collèges… On a tendance à dire « oh mais c’est… » en souvenir des moments de la série passés en leur compagnie. Le film n’apporte pas de grandes surprises ni même de révélation. C’est un grand point de déception mais cela ne gâche pas le plaisir de rentrer dans l’univers de Twin Peaks.

Repost 0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 13:20


Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 18:33

J’annonce ce que je considère être une bonne nouvelle. Et elles viennent tout gâcher. Mère et grand-mères même combat. !

 

L’une dit : « tu es sûre de toi ? ». Après ma réponse positive, me dit simplement « bon ».

 

Et l’autre n’hésite pas à en rajouter encore et encore… « Il va profiter de toi.. » et autres phrases piquantes dans le style. Ca fait mal.

 

Comment peut-on avoir autant de préjugés ? Comment peut-on juger quelqu’un juste sur sa situation professionnelle ? Un homme c’est tellement autre chose. Bien sûr que un métier c’est important mais ca évolue. On veut devenir journaliste puis on se retrouve rédactrice. Mais c’est pas grave dans quelques temps, on deviendra rédactrice en chef web ou bien comédienne.

 

Questions incessantes… Elles essaient de me convaincre qu’il n’est pas fait pour moi.

 

On est pétri d’angoisse et de doutes. Mais je suis sûre d’une chose c’est que je l’aime et que quoi qu’elles disent ca n’y changera rien. J’en suis même arrivé à penser que si je devais choisir entre elles et lui, ca serait LUI sans hésiter
Repost 0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 17:29
"Alors, ca se passe ?"

Et oui ca se passe. Et plutôt bien. Un samedi soir en tête à tête à manger au restaurant Le Lutin.  Couscous aux boulettes accompagné d'une semoule fondante face à un tagine à l'agneau avec amandes, oignons et pruneaux. Chacun se régale. Les plats sont fins. En boisson, la carte propose un cocktail appelé Le Lutin... Attention il est fort en alcool avec un goût de jus de fruits et de sirop d'orgeat. Mais la sangria est très goûteuse.

Le restaurant est situé au 3 rue Bourdaloue dans le 9ème arrondissement (métro Notre Dame de Lorette). Quand on rentre, on croit que c'est seulement un bar mais une salle située au fond fait office de restaurant. Avec des poutres et des murs en pierres apparentes, l'ambiance n'en est pas moins arabisante avec des tableaux et de la vaisselle typiques.

Le serveur semble être le patron du lieu. Discret, il savait s'intéresser à notre bien-être sans gêner le repas. "Alors, ca se passe?"

Une nouvelle adresse à noter dans son petit carnet de gastronome.
Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 15:37
Ha
Ha ha
Ha ha ha

Alors? peureux? ou chanceux?

L'origine de cette superstition n'a rien de très logique. il ne s'est rien passé un vendredi 13. Mais il y a eu 13 personnes à table le vendredi où Jésus s'est fait trahir par Judas. C'est juste ca. Enfin, c'est à cause de ca que Jésus s'est trouvé à porter une croix avec une couronne d'épine autour de la tête, à être cloué et laisser périr comme un vulgaire bandits.

Alors qu'on ait peur d'etre 13 à table, ca peut passer. Mais croire que la date de vendredi 13 est un sens quelconque... c'est un peu surprenant.

Ca permet aux réalisateurs de films de créer des films d'horreur, aux écrivains de laisser libre cours à leur imagination. Et ca pousse les superstitieux à croire au malheur ou bonheur lié à ce simple chiffre. Pourtant ce ne sont que deux chiffres mis côte à côte pour former un nombre. Et puis c'est tout !
Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 16:27
On m'annonce : ce soir on se retrouve pour manger un couscous. Bêtement, je m'imagine dans un resto typé marocain avec l'ambiance qui va avec.

Et bien que nenni. La bande d'amis se retrouvent métro Belleville. Le seul homme nous dirige vers un restaurant appelé Aux Bons amis, 1 rue de l'atlas dans le 19eme. C'est une brasserie avec une décoration sobre, chaises et tables en bois. Le serveur a tel travail avec le monde qu'il a peu de temps à consacrer aux amabilités.

Les prix sont vraiment bon marché. Les couscous avec une seule viande sont à 7 euros. Pour une viande et 2 merguez, le prix passent à 8.90 euros. On peut redemander semoule et légumes (sans sourire).

La petite bande d'amis a passé une bonne soirée, à manger et à rire. La sauce des légumes a été très appréciée par une convive qui s'en servait et reservait. Elle a fini la sauce par cuillerée. Par contre, la personne qui a commandé un plat de brochette de poulet accompagné d'haricots verts, a été surprise de ne trouver dans son assiette qu'une seule brochette.

Bilan : Prix bas, sauce délicieuse, mais faut pas vouloir manger trop de viandes...
Repost 0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 12:20

Chocolaterie et Salon de thé voilà les deux caractéristiques de ce lieu parisien. Découvert un samedi où on a dégusté pâtisseries et thés avec délectation. Au rez de chaussée, une grande salle est arrangée pour proposer aux gourmands de s’installer pour boire un thé et déguster un gâteau ou des carrés de chocolat. A l’étage, malgré les espoirs de trouver des tables de libre, on trouve une présentation de la fabrication.

 

Cette boutique a ouvert en octobre au 133 rue de Turenne dans le marais : une adresse à retenir La décoration est très classe avec des murs blancs avec des fleurs en relief, des orchidées sur les tables et des fauteuils confortables. Mais comme le quartier l’indique, ce n’est pas une adresse bon marché. Les thés coutent 7 euros. La qualité a un prix. Vous êtes prévenus. Connaissant d’autres adresses dans ce très beau quartier du marais… patientez pour découvrir des plus petits prix.

Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 12:40
Si vous avez un certain énervement à exprimer, que vous devez essayer de rester calme, vous pouvez crier "Serenity Now" et si vos proches ne le supportent plus, vous pouvez passer à "Outchy mama"!

Un exemple :


Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 12:25
L'événement sportif de la semaine : la victoire des handballeurs francais face à une Croatie déchaînée.

un match tendu où chaque point d'une équipe était suivi d'un point de l'autre équipe. Un score serré tout le long du match. Puis on aurait dit que les Croates se sont découragé. Ils se sont comportés comme des footballeurs italiens en tombant pour des pichenettes. Le plus edifiant  : un Croate se fait bousculer au niveau de l'épaule. Il chute. Puis, par terre, il se tord de douleur... en se touchant le bas ventre ! C'est quoi le rapport ? Il est mal tombé? Mais franchement les chutes au handball comme dans tout sport  se rattrapent. Il n'a pas été poussé.

L'ambiance survoltée des supporters croates au début s'est petit à petit effacé. Mais à la fin, face au découragement de leurs joueurs, les spectateurs ont voulu montrer leur désaccord. Ils ont envoyé des objets sur le terrain visant les handballeurs.

Les derniers minutes, l'écart de score était tel que les joueurs croates n'ont même plus essayé de marquer de nouveaux buts.

La victoire francaise n'en reste pas moins belle. Ce sont des grands joueurs. C'est juste dommage de voir une telle fin de match.
Repost 0

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories