Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 09:43

Film de 1944, Laura a été réalisé par Otto Preminger et s'inspire du livre éponyme de Vera Caspary. Le film commence avec le début de l'enquête sur la mort de Laura Hunt. Elle travaillait dans la publicité et son cadavre a été découvert dans son appartement. L'enquêteur, Mark McPherson, va interroger l'entourage de Laura pour connaître la jeune fille et essayer de comprendre qui aurait pu l'abattre. Il va interroger son ami, le journaliste, Waldo Lydecker joué par Clifton Webb, l'homme qui l'a aidé à entrer dans le monde et à progresser dans sa carrière. Mais il va aussi s'intéresser à son fiancé, Shelby Carpenter joué par Vincent Price, un charmeur peut être pas très fidèle. Au fur et à mesure de l'enquête, l'inspecteur Mark McPherson s'attache à Laura et Lydecker lui fait remarquer. Une révélation finale surprendra le spectateur.

Un film noir avec des interprètes de qualité se fait surtout remarquer par un travail fin sur la photographie. Joseph Lashelle a gagné l'oscar de la meilleure photographie en 1945. Le film a été nominé dans les catégories : Meilleur réalisateur, Meilleur scénario, Meilleur décor et Meilleur second rôle pour Clifton Webb.

C'est un film très marquant et très beau. En tant que spectateur, on s'attache à cette jeune fille, on s'interroge sur chaque suspect. La photographie a mérité son oscar, par la grande maîtrise et la douceur mais la réalisation par les choix de plans et l'utilisation de la lumière est vraiment très bien. Le film ne cherche pas à nous provoquer des émotions mais bien à étudier chaque personnage dans leur caractéristique. C'est un très beau film à voir et revoir.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 10:20

Joseph L. Mankiewicz s'est approprié une courte nouvelle de Mary Orr, The Wisdom of Eve, achetée par la Twentieth Century-Fox sans but précis.

L'histoire se situe dans le monde du théâtre. Le film s'ouvre sur la remise du prix Sarah Siddons à une jeune comédienne Eve Harrington, jouée par Anne Baxter. Alors qu'elle profite du stand-ovation, on voit une table de personnages qui n'applaudissent pas. Son entourage se souvient de sa carrière fulgurante. Elle a commencé dans une ruelle à attendre la fin du spectacle où jouait son idole Margo Channing, jouée par Bette Davis. Avec l'aide de Karen Richards, jouée par Celeste Holm, elle rencontre la grande comédienne. Elle va devenir son assistante en essayant d'anticiper tous ses besoins. Puis va par tous les moyens essayer de lui prendre sa place, son homme et sa réputation.

Sous un visage d'ange, se cache une terrible ambitieuse. Eve s'insinue dans un groupe d'amis, dans un couple, dans un groupe de travail. Elle va perturber leur équilibre fragile. Le scénario est génial, cynique et subtil. Les rebondissements sont bien trouvés. La mise en scène reprend des formes théâtrales. L'histoire se déroule à New York dans le quartier des théâtres à Broadway mais fait de nombreuses références à Hollywood et au cinéma.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 09:59

On pourrait même dire version grosse feignasse, car en réalité, je n'ai cuisine que les îles. J'ai acheté la crème anglaise toute prête et j'avais dans mon placard du caramel.

Alors j'ai séparé les jaunes des blancs de 4 oeufs. J'ai battu les blancs en oeufs. Je n'ai pas utilisé mon robot mixeur mais un batteur mixeur. J'y avais mis par habitude une pincée de sel. Pendant que les oeufs montent en neige, il faut verser 2 cuillères de sucre.

J'ai fait bouillir de l'eau dans une cocotte. Lorsque l'eau bout, prenez avec un écumoire un morceau des blancs en neige et plongez-le dans l'eau pendant 30 secondes, puis retournez-le (tant bien que mal) et recomptez encore 30secondes.

A la sortie, je les ai mis directement dans la crème anglaise. Peut-être qu'il aurait mieux fallu que je les pose sur du sopalin pour enlever l'eau supplémentaire. Je ne l'ai pas fait, alors j'ai tenté d'enlever l'eau en secouant l'écumoire au dessus de la casserole. Quand j'ai fini de cuire mes blancs en neige, j'ai recouvert mes îles flottantes de caramel. Et franchement, c'était délicieux !

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Gastronomie
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 10:13

Spectacle de Sarah Doraghi, "Je change de file" parle de sa vie. De ses 10 ans, son arrivée en France à aujourd'hui. Bizarrement j'avais peur d'avoir une sensation de déjà-vu. Mais c'est tout le contraire, les anecdotes, le jeu, l'interprétation, tout est surprenant. Elle joue très bien. Elle apporte du sourire à une situation compliquée.

En tant que spectatrice, j'ai vécu toutes les émotions. J'ai beaucoup ri, mais j'ai aussi eu les larmes aux yeux. C'est un spectacle à recommander à tous.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 11:57

Oh?! une comédie musicale française ? avec en prime des chansons inédites ? Sur un fond de crise sociale ? Bon allez, je tente !

Petite présentation sur allociné : Alors que Julie pense décrocher un CDI dans une fabrique d'escarpins de luxe, un plan social vient chambouler ses rêves de stabilité : entre lutter aux côtés d'ouvrières frondeuses ou bien faire profil bas, la jeune femme ne sait sur quel pied danser. Mais quand Samy, un camionneur aussi roublard que charmeur, vient prêter main forte au combat, ce n'est déjà plus la même chanson…

Le film comporte des chansons inédites écrites par divers chanteurs français comme Jeanne Cherhal, Albin de la Simone, Olivia Ruiz ou Clarika. Le tout est orchestré par Olivier Daviaud.

La première chanson est interprétée par Pauline Etienne, la comédienne qui joue le personnage de Julie et sa voix est douce et légère, un peu à l'instar du film. Pourtant le sujet est sombre, une menace de délocalisation alors que les ouvrières sont reconnues pour leur talent. Mais comme dit le big boss parisien, interprété par Loïc Corbery de la Comédie Française, en Chine, c'est moins cher. Pour calmer leur revendication, il fera un numéro de charme avec une chanson à son image. Chaque personnage aura un passage chanté qui reflétera sa personnalité. Les chorégraphies sont jolies et reflètent quant à elle l'état d'esprit des personnages sur le moment. Le chorégraphe est Nasser Martin-Gousset.

Pour un premier film, les deux réalisateurs Paul Calori et Kostia Testut sont sortis diplômes de la FEMIS en 2006. Ils proposent un film avec des références aux films de Jacques Demy ou encore au film Dancer in the Dark. C'est un film à la fois ancré dans une réalité sociale et à la fois romantique et léger. Avec une histoire d'amour, des chansons et un combat social, on résume bien la vie, non ?

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 11:34

J'ai emprunté ce livre à la bibliothèque. En ouvrant la couverture, j'ai pu lire, sous le titre, écrit au crayon gris par un autre lecteur : "c'est vachement bien". C'était de bonnes augures...

J'ai lu le livre sur la plage, me dorant la pilule au soleil de Bretagne. Un plaisir.

L'histoire est narrée par plusieurs personnages. Le nom du personnage commence le chapitre dans lequel il va s'exprimer. Il évoque une période de la vie de Sophie Stark. Une amie, son frère, son mari... etc racontent une période de sa vie. Chaque chapitre se termine par un article de journal où est évoqué un film ou documentaire réalisé par Sophie Stark. Par chaque passage, on voit évoluer Sophie Stark et son travail de réalisatrice.

Bien sûr, le personnage de Sophie Stark a du caractère, est torturé et surtout se comporte différemment selon ses interlocuteurs. Anna North, l'auteur, a réussi à donner à chaque partie une écriture et une parole propre.

Alors la remarque de l'autre lecteur était tout à fait juste : c'est vachement bien !

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Littérature
commenter cet article
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 15:13

Dans les films Marvel, on pense vraiment en terme de série. Le film est une vraie suite du film Captain America : le soldat de l'hiver. Dans ce dernier opus, on reparle du soldat de l'hiver présenté dans le film précédent. Et comme dans le film précédent, il y a deux intrigues : l'une parlant de l'affrontement entre l'équipe de Captain America et celle de Iron Man et l'autre évoquant la politique mondiale et la diplomatie. Du débat diplomatique aux combats musclés, on ne s'ennuie pas et on se régale. On découvre un nouveau personnage : la panthère noire. Le costume est superbe et le personnage est très bien introduit dans le scénario et présent jusqu'au bout du film. On re-découvre Spiderman avec Tom Holland qui amène un brin d'humour au film. Il est juste excellent. Je trouve qu'il y a peu de temps morts, on ne s'ennuie pas. C'est un film d'action avec du fond. Sur le pardon surtout. Avec différents points de vue.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 18:14

Voici une création proposée au Théâtre du Chatelet en collaboration avec le Manchester International Festival et le National Theatre of Great Britain. La musique et l'orchestration sont de Damon Albarn. Le livret et les lyrics sont de Moira Buffini. La mise en scène est de Rufus Norris. Wonder.land est une comédie musicale rock qui s'inspire de deux livres de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir.

Cette pièce est très moderne et très osée. Cela se situe dans l'Angleterre d'aujourd'hui. Aly, une adolescente noire dont les parents sont séparés, choisit de s'évader sur internet en se connectant sur le site wonder.land. Elle se crée un avatar qui rappelle Alice de Disney, avec des cheveux blonds et une robe bleue. Elle a choisi un personnage le plus loin d'elle. Elle rencontre d'autres avatars assez loufoques, derrière eux se cachent des adolescents isolés, harcelés et déprimés. Mais elle passe tellement de temps sur son téléphone qu'il est confisqué par la directrice de son collège. Et la directrice s'appelant également Alice, va utiliser l'application non verrouillée et jouer au jeu d'Aly. Du coup, son personnage devient la reine rouge. Aly va tenter de tout faire pour récupérer son téléphone et son personnage.

La question récurrente du spectacle est "who are you ?" Mais c'est surtout un spectacle assez fou, passant du réel avec un fond d'immeubles gris à un monde virtuel coloré et totalement dingue mais drôle. La scénographie est incroyable avec l'utilisation de la vidéo. On tombe dans un monde de jeu vidéo. Le chat du Cheshire est virtuel est impressionnant. Les mobiliers sont sur roulettes et bougent très vite et très facilement. Les comédiens chantent et jouent très bien. La jeune Aly est jouée par Lois Chimimba et est très juste et touchante dans la peau d'une adolescente mal dans sa peau.

Il y a eu des moments où j'ai un peu décroché, des moments un peu trop fouillis ou tout s'accélère. Mais j'ai assisté à la première avec quelques petits détails à caler. Mais ce fut un triomphe. Les spectateurs étaient debout pour une véritable ovation. A la fin, les musiciens et les créateurs dont Damon Albarn ont rejoint le casting pour profiter des applaudissements fournis.

Wonder.land au Théâtre du Châtelet du 7 au 16 juin 2016

Pour plus d'informations : wonder.land

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 14:51

Le film de Pedro Almodovar Julieta a fait partie de la compétition officielle du Festival de Cannes 2016.

Je vais essayer de vous gâcher le moins possible l'histoire de ce film. Donc juste vous dire que c'est l'histoire de Julieta, sa vie de jeune adulte et à sa vie de femme mûre. En se basant sur ses relations avec les hommes et avec sa mère puis avec sa fille.

Comme à son habitude, Pedro Almodovar magnifie les femmes de son film et particulièrement Julietan interprétée par deux comédiennes (une jeune et une mûre). Le choix de parler de la vie d'une femme sur près de 20 ou 30 ans est très intéressant et touchant. Les actrices sont toutes très justes.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 16:18

Lors de la cérémonie de Molières 2016, j'ai noté toutes les comédies musicales nommées. Et en même temps, j'ai réservé deux places pour Kiki de Montparnasse, un spectacle que j'avais envie de voir depuis plusieurs mois.

Nous voilà, vingt minutes avant le début du spectacle à attendre de voir entrer dans le théâtre de la Huchette, une jeune fille brune est rejoint par un de ses amis. On comprend très vite que les deux travaillent dans le milieu du théâtre. J'avoue avoir écouté leur conversation. J'ai compris que le jeune homme avait reçu un Molière ce lundi soir pour l'adaptation d'un texte de Stefan Zweig. Alexis Moncorgé, (petit-fils de Jean Gabin) a gagné la révélation masculine de l'année pour son interprétation dans Amok. Lors de leur conversation, ils ont évoqué les Molières mais aussi tout les projets de théâtre, de tournée et de lecture pour les prochains mois.

On finit par rentrer dans la salle avec 10-15 minutes de retard. La pièce commence avec une petite vidéo de l'enterrement de Kiki de Montparnasse, puis enchaîne avec la naissance de Kiki avec une narration en voix off et enfin, Milena Marinelli, nous raconte toute une partie de la vie de Kiki en l'incarnant et en chantant quelques chansons.

De la naissance dans un caniveau, à son enfance au bord de la Seine, jusqu'aux galères de Paris, Kiki a vécu des nombreux bas et puis des années dingues en tant que modèle pour les peintres de l'école de Paris. C'est une vie faite de haut et de bas que chaque chanson nous fait ressentir. Les chansons peuvent être festives, mélancoliques voire tristes.

J'ai été très touchée par ce spectacle. Je pourrais même dire que j'ai adoré. L'interprétation de Milena Marinelli est très juste et très émouvante. Le spectacle s'arrête le 28 mai 2016 au théâtre de la Huchette à Paris mais jouera du 7 au 30 juillet 2016 au théâtre de la Rouge Gorge à Avignon dans le cadre du Festival Off.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories