Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 18:54

Alors autant être honnête tout de suite, je ne suis jamais mais alors jamais objective concernant un film de Quentin Tarantino. J'arrive à être critique mais je passe toujours un bon moment devant ses films. Et c'est encore le cas avec ce dernier opus.

Le film repose sur Samuel L Jackson, même si le titre parle de huit salopards. Je trouve que l'acteur ressort et explose sur l'écran. Il incarne un chasseur de primes qui à la différence de Kurt Russel, préfère rapporter ses primes mortes. A cause d'un blizzard, ils vont devoir faire le chemin ensemble. Puis dans leur voiture monte également le futur sherif de Rd socks. Le blizzard s'intensifie et ils se réfugient chez Minnie où d'autres ont déjà pris place.

On va retrouver les ingrédients des prédécents films de Tarantino : un peu de Reservoir Dogs, un peu de Pulp Fiction et un peu de Django Unchained. C'est sanglant et kiffant. Le plus et l'inoui dans ce film se situe dans la musique d'Enio Morricone. C'est encore plus kiffant. Le film dure 3h mais on ne les sent pas passer.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 17:18

Film d'animation de Charlie Kaufman, Anomalisa n'est pas un film pour les enfants. Cela se déroule en moins d'une journée. Cela commence en avion, Michael Stone arrive à Cincinnati où il doit le lendemain faire une conférence sur le thème de son livre concernant le service client. Il passe une soirée ennuyeuse dans son hôtel. Alors il appelle son ex, qu'il n'a pas vu depuis plus de dix ans. Puis il fait la rencontre de deux jeunes femmes qui avaient la route pour assister à sa conférence. Il va séduire l'une des deux jeunes filles. Lisa est une jeune femme timide, mal dans sa peau et admire l'auteur. Il va être touché par sa différence et va la surnommer Anomalisa. Puis la nuit va passer. Et ce qui va se passer le lendemain est très intéressant.

Le choix de faire un film avec des poupées et non avec des êtres humains apporte de nombreuses possibilités au réalisateur : le choix des voix ou le choix de scènes irréalistes, par exemple. Ca donne un film très poétique mais aussi très critique. J'ai beaucoup aimé le film, vraiment touchant.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 14:08

J'ai eu envie de voir ce film pour le duo d'acteurs Omar Sy et James Thiérrée. Les deux acteurs sont formidables dans ce film.

Ce film est présenté comme un biopic mais en écoutant différentes interviews d'Omar Sy, j'ai appris que le film prenait plusieurs libertés par rapport à l'histoire de Chocolat. Un exemple : dans l'histoire vraie, le duo Footit et Chocolat a été formé par un directeur du cirque. Dans le film, le clown Footit va démarcher Chocolat et lui propose un numéro de clown. Il va écrire les sketchs et le former aux particularités du clown. C'est un exemple parmi tant d'autres sur les libertés que le scénario prend avec la réalité. Mais cet exemple est le plus gênant car cela change profondément la relation des deux clowns. On peut comprendre que Footit lui dise "je t'ai tout appris", si quelque scènes plus tôt on voit l'apprentissage de Chocolat. D'autres exemples

Chocolat en arrivant à Paris va être encore plus joueur et flambeur. Il va s'acheter une voiture, dépenser tous ses cachets en boissons, drogues et jeux d'argent. Il est également un charmeur. Il reste ambitieux et veut faire du théâtre. On ne comprend pas bien où tout cela va nous mener. En réalité à vouloir nous sensibiliser sur le statut d'un homme noir de la fin du XIXème siècle cela donne un film beau mais froid. Je n'ai pas été émue, juste parfois touchée ou amusée.

Au delà des choix de scénario, le film manque de tenue. Sans dévoiler la fin, je suis sortie du film avec une impression de film non fini. Il y a une ellipse qui n'apporte rien et qui ne sert à rien. Des soucis de montage trop facile et pas assez travaillé. Les images et les scènes de cirque sont superbes. Cela laisse une impression d'un film militant se servant du personnage de Chocolat pour nous parler de l'homme noir, sans respect de la vraie vie de Chocolat et sans émotion.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:35

Le film se déroule sur l'année 2001. Les journalistes de Spotlight se penchent sur le cas du prêtre Gheoghan accusé d'attouchements sur des enfants. Mais le nouveau redacteur en chef demande à approfondir les recherches sur le système de protection des prêtres pédophiles. Il semblerait que le Cardinal poussait à la négociation pour que les cas ne passent pas en justice. Tout se passe en arrangement.

Le film suit le travail de ces journalistes pugnaces. Chacun dans son style. Mark Rufalo court de partout pour que la dénonciation ait lieu. Michael Keaton le chef d équipe va représenter le doyen qui s'interroge sur ce quatrième pouvoir. Rachel MacAdams est à l'écoute de nombreuses victimes. Elle va être très douce et en même temps très professionnelle. Le dernier journaliste de l'équipe est incarné par Brian d'Arcy James. Il incarne le journaliste qui n'a peur pas de se plonger dans des tonnes de listes et de livres pour faire éclater la vérité.

Quel kiff! J'ai adoré! Quel plaisir de voir ces journalistes incarnés mon idéal journalistique! Ce sont ces enquêtes de fond sur le long terme qui représentent pour moi le métier qui me faisait rêver! Le film m'a énormément plu, ca m'a rappelé mes rêves de jeunesse. Un très bon film!

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 12:25

J'ai mis deux mois à avoir envie de voir ce film avant d'arriver à le voir. Et finalement ce dimanche, nous avons passé les portes du cinéma pour voir 007 Spectre de Sam Mendes. Et franchement j'ai kiffé.

Cela commence par une scène à Mexico et notamment par un plan séquence où on suit Daniel Craig déambuler dans les rues, monter dans un ascenseur, entrer dans sa chambre d'hôtel et quitter l'hôtel pour partir en mission. Le plan séquence s'arrête quand il met en joue sa cible. J'ai trouvé cela juste kiffant ! Surtout que quelques scènes plus tard, il se fait taper sur les doigts par M car il n'était pas en mission et qu'il a fait quelques dégâts. Après le décès de l'ancienne M dans le film Skyfall, il a reçu une vidéo testament et va suivre cette nouvelle quête.

D'un autre côté, les services secrets sont dans de nouveaux locaux et une nouvelle politique est en train de se mettre en place avec l'arrivée de Denbigh. Il veut faire entrée les services secrets dans la modernité avec une mise en commun des données au niveau international.

Cela donne un film très moderne, avec des rebondissements et une romance. Le seul défaut est à mon avis, est le choix du gros méchant. Christoph Waltz est souriant, sympathique et absolument pas effrayant. Déjà dans Skyfall, le méchant joué par Javier Bardem m'avait totalement déplu. Là, j'ai trouvé le personnage trop gentil et pas crédible en méchant d'une grosse organisation. C'est un mélange d'erreur de casting avec des erreurs de scénario. Mais la présence d'un gros costaud joué par David Bautista nous offre des scènes de combat spectaculaires. Un régal !

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 11:28

Ce film se déroule dans une cour d'assises dans le Pas-de-Calais. On suit le procès d'un père accusé d'avoir tué son bébé de 7 mois à coups de rangers. L'important n'est pas le procès et son verdict. Mais la caméra suit le président de la cour d'assises incarné par Fabrice Luchini. J'avoue avoir plus souvent suivi des procès dans les séries et films américains que d'autres nationalités. J'ai peu vu des procès anglais, allemand ou français. On en arriverait presque à être habitué par la cour américaine et être surpris par les autres. En Angleterre les avocats portent des perruques. En France, il y a cette fameuse hermine. Le témoin fait face au président et jurés de la cour d'assises. Les avocats sont de chaque côté de la cour. La disposition change les relations et les discours. Le témoin parle devant lui alors que les avocats tournent autour de lui.

La particularité de ce procès pour ce personnage ne tient pas au fait qu'il soit malade; mais qu'il reconnaisse une femme dans les 6 jurés d'assises. Il va la contacter et essayer de la charmer. Le film parle en parallèle du procès et de leur rencontre. C'est très fin. Par contre, l'accusé et sa femme, j'ai pensé à un moment donné qu'ils étaient un peu caricaturaux. Du fait de l'accent du Nord, de leur mine déconfite et de leur aspect un peu bébête. Mais on oublie ces critiques pour apprécier un film juste et touchant. Un joli film.

Repost 0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 18:00

Film de Joachim Trier, Back Home a changé de titre suite aux attentats de Paris. Et c'est tant mieux car ce titre est beaucoup plus proche du sujet du film.

Le film aborde la vie d'une famille après la mort de la mère dans un accident de voiture. Trois ans après l'accident, un article et une exposition vont retracer la vie de cette femme, photographe de guerre. Elle laisse derrière elle, deux fils, un mari, un amant et des milliers de photos.

Le film commence sur le fils aîné qui devient papa à son tour, puis on rejoint l'adolescent et les relations tendues avec le père. Il y a des flash-back sur des moments avec la mère. On nous fait ressentir comment la famille était avant l'accident. Dans quel état d'esprit était chacun. Pendant toute la durée du film, on voit et ressent l'absence et les difficultés de chacun. Pour moi, c'est vraiment un film sur deuil. Mais comme la forme est très poétique, ce n'est pas un film trop sombre, ni larmoyant. C'est très doux.

Les acteurs, Isabelle Huppert, Gabriel Byrne et Jesse Eisenberg sont très subtil. Il n'y a pas de voix off, ou de personnages dominants. Il y a de la subtilité et des silences éloquents. C'est un joli film qui mérite qu'on s'y attarde.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 20:56

Michael Kaine et Harvey Keitel jouent deux amis sur leur lieu de vacances, dans un hôtel proposant massage et spa en plein coeur des Alpes suisses. Harvey Keitel joue un réalisateur qui prépare son film testament. Michael Kaine, lui, se balade et puis s'occupe de sa fille qui vit une difficile rupture. Il fait la rencontre de Paul Dano, jouant un acteur préparant son rôle en s'inspirant des clients de l'hôtel. Il est toujours reconnu pour son rôle de robot. L'événement qu'attendent les deux amis est l'arrivée de Miss Univers.

Le film raconte leur période de vacances mais leur réflexion sur la vie et sur les souvenirs.Les deux amis ont une relation bien à eux, ils ne parlent que des choses bien. Le film fait parfois des pauses en nous montrant des massages ou des séances de sauna. Ca donne une ambiance planante et reposante. La bande originale est éclectique et douce. Ca donne un film vraiment fort et doux à la fois.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 20:29

Catherine Frot est juste, comme dans ses films. Elle incarne Marguerite, une riche femme qui aime chanter. Elle fait partie d'une association qui avec des galas de charité récolte de l'argent. Un article va lui faire croire qu'elle a un certain talent. Elle va investir dans des cours et monter un récital, seule en scène.

Ce n'est pas une comédie lourde avec de grosses blagues. C'est un film tendre sur l'amour. L'amour de la musique. L'amour de Marguerite pour son mari infidèle. Le couple d'acteurs est très touchant. On suit également l'histoire d'un journaliste tombant amoureuse d'une chanteuse sortant juste du conservatoire.

En sortant de la salle de cinéma, je me suis posée la question si j'étais une Marguerite et si oui dans quel art. Théâtre ? Chant ? Ecriture ? Peut-être les trois. Mais comme je n'ai pas les moyens de Marguerite, mes prestations ont été limitées à mon cercle d'amis.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 08:53

Ricki s'appelle en fait Linda. Ricki c'est son nom de Rock star. Quoi que le mot star ne soit pas tout à fait approprié. Ricki et son groupe The flash ne sont connus que des habitués d'un bar de Los Angeles. Elle gagne sa croûte en travaillant comme caissière dans un supermarché. Ses enfants sont des adultes. L'une est dans une phase de dépression post-divorce, l'autre prépare son mariage et le dernier vit sa vie avec son chéri. Son ex-mari appelle Linda pour aider sa fille à remonter la pente. Cela va la faire renouer avec une certaine vie de famille. C'est difficile. Plein de reproches.

Le film est rythmé par les chansons reprises par le groupe. Meryl Streep a appris la guitare pendant plusieurs mois pour préparer ce film. C'est elle qui porte le film. La caméra la met en avant et en valeur. Elle joue parfaitement bien la rock star qui s'interroge sur ses choix de vie. J'ai pensé quelque temps après avoir vu le film, qu'il pouvait valoir un très bon téléfilm. La construction est assez simple. Mais j'ai pas voulu rester sur cette impression parce que sincèrement j'ai passé un super moment, un peu comme les habitués du bar où le groupe est en résidence, un peu comme le barman, ami et fan de Ricki mais qui ne connait pas Linda... C'est un film sympathique et touchant.

On ne peut pas parler de film musical. Mais cela parle vraiment du choix d'être un artiste. Un artiste qui n'a pas qu'un disque. Elle s'éclate totalement dans ses concerts. Toutefois quand elle se retrouve chez son ex-mari, dans une résidence sécurisée, dans une immense demeure avec tout le confort, elle voit ce qu'elle a raté. On la voit revenir chez elle, seule dans son appartement petit et simple d'un immeuble de LA. Elle ne fait pas misérabiliste, ni pathétique, c'est son choix de vie. Comme elle le dit à la fin, ce qu'elle a à offrir à ses enfants, c'est la musique. Un belle conclusion et belle tranche de vie.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories