Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 17:03

 

Repost 0
Lili, la Freudreuse
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 12:02

http://www.chienquifume.com/Medias/Pages/714/visuel-ana-non-cqf.jpgLa pièce est une adaptation du roman de Agustin Gomez-Arcos. Gérard Vantaggioli adapte et met en scène l'histoire d'Ana. Une mère de famille qui se retrouve privée de ses hommes à cause de la guerre d'Espagne. Certains sont morts. Mais son plus jeune fils est vivant, emprisonné à vie dans une prison au nord du pays. 

Sur scène, nous retrouvons deux actrices, une Française et une Espagnole. La pièce est composée de deux parties. Dans la première partie, Ana Abril parle en espagnol. Parfois, Stéphanie Lannier traduisait, parfois il fallait essayer de comprendre sans pouvoir être sûr de saisir exactement les répliques en espagnol. Stéphanie Lannier incarne divers personnages avec des postures et des voix très marquées. Ana Abril incarne Ana qui à l'autre moitié de la pièce parle en français. Cette femme de 47 ans incarne parfaitement une vieille femme de 75 ans, accablée de douleur. Elle nous touche. Elle grandit grâce aux rencontres faites lors de son voyage.

Pour représenter le voyage, la mise en scène est à la fois simple et moderne. Un rail. Une carte. Du tissu au sol. Les personnages sont intéressants et l'évolution nous saisit. Dans la salle, on peut sentir que les spectateurs sont émus par cette Ana, cette petite bonne femme. 

C'est une pièce de théâtre forte et émouvante. L'histoire écrite dans les années 1970 reste encore très actuellement. Les guerres actuelles continuent de détruire des familles. On continue à se poser des questions sur l'impact de la guerre sur des civils tués pour une patrie, pour une terre, pour un idéal. Mais pourquoi ? au final ? pourquoi ?

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 21:29

Le long de la voie ferrée, Ana entreprend seule un ultime voyage.

Elle tient dans ses mains un paquet, un pain aux amandes.

C'est le pain des retrouvailles qu'elle apporte à son fils, enfermé à vie dans une prison du Nord de l'Espagne.

De rencontres en adieux, de rêves en cauchemars, elle découvre le monde.

 

Ana non offre ainsi l'un des plus beaux personnagex de femme de la littérature en même temps qu'une allégorie de la condition humaine.

 

 

Adaptation théâtrale du roman

d'Agustin Gomez-Arcos.

Ce récit a reçu le prix du livre Inter en 1977, le prix Thyde Monnier en 1977 ainsi que le prix Roland Dorgelès en 1978.

 

Avec : Stéphanie Lanier et Ana Abril

Adaptation et mise en scène Gérard Vantaggioli

Musique originale : Eric Breton

 

3 représentations :

Jeudi 17, vendredi 18 et samedi 19 janvier à 20h30 au théâtre du Chien qui fume

 

Ecoutez l'interview de Gérard Vantaggioli, Ana Abril et Stéphanie Lanier

Enregistrée mercredi 16 janvier 2013 et diffusée sur osmose-radio le vendredi 18 janvier 2013

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 18:50

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/81/61/20204390.jpg

J'ai vu de nombreux films de Paul Thomas Anderson : Boogie nights, Magnolia, Punch-drunk love, There will be blood et The Master.

Du coup, j'ai situé le film dans une continuité par rapport à There will be blood. Dans son précédent film, le réalisateur évoque déjà le rapport de soumission entre un prédicateur et un capitaliste prospecteur de pétrole. Dans The Master, la confrontation a lieu entre un gourou et un vétéran de la guerre du Pacifique. Joaquim Phoenix joue le rôle de Freddie Quell, ce vétéran alcoolique qui boit sa propre gnole. Le jeu de cet acteur est incroyable. Il est incarné et troublant. Face à lui, Philipp Seymour Hoffman, qui a du talent, je ne le nie pas, n'a pourtant pas le charisme qu'un gourou doit dégager. Les deux acteurs se confrontent, s'aident et s'aiment. Une amitié se noue entre les deux personnages. Mais la relation recherchée par le Master (de domination et d'admiration) ne prend pas. C'est l'amitié qui gagne. Il souhaite absolument l'aider. J'avoue ne pas avoir compris ce qu'il souhaitait guérir chez le vétéran. Mon chéri m'a expliqué que le Master souhaitait calmer le côté animal de Freddie. Mais ce côté le pousse à être libre et donc il ne trouve pas sa place dans cette secte. Le gourou a ses contradicteurs dans le film mais sa réaction est simplement de la colère.

Les premières séquences du film montrent des moments de la vie de Freddie. Des moments qui le marquent et qui le troublent. Ce début de film offre une esthétique qui revient lors des flash-backs sur la vie de Freddie. 

Ce film ne manque pas de qualités mais certains défauts le gâchent un peu. Le scénario n'est pas assez tenu. Il manque un fil conducteur autre que la relation entre les deux hommes. Peut-être une réflexion politique ou sociale. Ou alors un film complètement axé sur Freddie, Joaquim Phoenix étant tellement bon. Certains spectateurs critiquent la demi-heure où seul Freddie est à l'écran. J'avoue que ce sont les moments que je prefère. Les moments de liberté de Freddie. Le film aurait pu être un chef d'oeuvre et pourtant on sort en se disant "bof". Les comédiens, la mise en scène, la musique et les images sont belles. Mais un film marquant c'est autre chose, c'est de l'émotion, de la réflexion et du divertissement. Si vous souhaitez voir un film de Paul Thomas Anderson, je vous conseille "Magnolia" où le gourou est joué par Tom Cruise. 

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 12:54

Un spectacle musical proposé par l'association de l'E.C.G.A. (Ecole de Chant du Grand Avignon), dirigé par Maggy Villette, écrit et mis en scène par François Brett.

 

Musiques originales et orchestrations : Eric Breton

 

Tournage et montages photo/vidéo : Phlippe Hanula Imagic Multimedia / Jean Claude Gravier

 

Cela se passe en 2001. C'est l'histoire de Théo qui apprend à la mort de sa mère qu'il est en fait né sous X. Tout d'abord déboussolé par cette nouvelle, et avec le soutien d'Elsa sa compagne, il part à la recherche de ses origines, recherches qui vont l'amener sur la butte Montmartre à Paris. Entre hier et aujourd'hui, le spectateur va découvrir peu à peu son histoire dont l'origine remonte à 1962. 

Dans cet univers du passé se croisent toute une galerie de personnages qui vont influer sur son destin. On y trouve un patron de bistrot et quelques uns de ses habitués : un peintre, un poète, une joyeuse équipe de rockers, quelques loubards mal intentionnés, une touriste, une jeune femme du quartier. 

Une comédie dramatique, humaine et populaire mélant théâtre et chansons ! 

Samedi 12 janvier à 20h30 dans la salle Benoît XII

Ecoutez l'interview de François Brett, auteur et des comédiens Jean-François Cesarini, Mylène Alsberghe et Christophe Vic :

 

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:15

J'avais découvert ce restaurant le 5 septembre 2010 lors d'une ballade aux Buttes Chaumont. Souvenez-vous !

Pendant ces vacances de Noël, nous sommes partis de Bastille pour aller au cimetière du Père Lachaise. De là, nous avons remonté la rue des Pyrénées vers les Buttes Chaumont. La nature a repris le dessus comme la dernière, j'ai eu faim et envie de faire pipi. L'idée de retourner chez Don Pepe s'est vite imposée. C'est toujours aussi : des pizzas avec une bonne pâte et une garniture délicieuse. En tout cas, je me suis régalée, je sais que mon chéri lui n'a pas trop apprécié sa pizza. Ce qui nous a le plus surpris c'est la nouvelle décoration du restaurant. Dans des tons rosés et des beiges, nous ne reconnaissions plus la salle de notre dernière visite. C'est sympathique. Assez gai.

Une adresse à reconnaitre pour les personnes qui passent par les Buttes Chaumont

Don Pépé Pizza cacher

14 rue Manin

75019 Paris

01 42 01 80 06

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Gastronomie
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 15:46

Vous connaissez bien le film "West Side Story" ? non ? A l'origine en fait c'est une comédie musicale créée par Leonard Bernstein, Stephen Sondheim et Arthur Laurents. Ils sont partis de l'histoire de Romeo et Juliette de William Shakespeare. Mais c'est une adaptation contemporaine. A la place des familles Capulet et Montaigu, on retrouve les Jets et les Sharks. Deux bandes rivales sur fond de racisme anti-immigrants. Toutes leurs confrontations sont violentes. Mais lors d'un bal, un coup de foudre entre Tony et Maria va tout chambouler. Les amants vont rêver d'une paix qui n'arrivera que trop tard.

La musique écrite par Bernstein est superbe. C'est de la musique classique modernisée. Elle est sophistiquée et complètement intégrée à l'histoire. De même, les danses ont une part des plus importantes dans cette oeuvre. Dans cette mise en scène de Joey McKneely, les danses ont une place de choix. Les parties chorégraphiées sont vraiment très belles. Le moment du bal avec le mambo m'a provoqué des frissons dans le dos. 

Le décor est composé de l'extérieur des rues de New York. Ce sont des décors mouvants pour présenter différents espaces : boutique de Maria, bar de Doc, rues de la ville, toits des immeubles... Quelques accessoires pour présenter les intérieurs. Mais tout cela reste dans une sobriété qui nous fait passer dans chaque lieu simplement. 

 

Les chanteurs-danseurs-acteurs étaient de grand talent. J'ai d'abord eu du mal avec la voix de Maria, qui n'avait pas la douceur que Natalie Wood avait dans le film. J'ai vite oublié cette première impression. J'ai apprécié et j'ai été très émue par ce spectacle. J'étais excitée avant, émue pendant et surexcitée après. C'était une comédie musicale de grande qualité.

 

Au théâtre du Châtelet du 26 octobre au 1er janvier 2013.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 19:10

Depuis le 21 novembre 2012, le centre Pompidou propose une exposition sur le peintre espagnol Salvador Dali. C'est un véritable succès. Il peut y avoir jusqu'à 3 heures d'attente. Nous avons acheté nos billets deux semaines avant d'arriver à Paris. Arrivée devant le centre Pompidou à 10h45, j'ai rejoint mes amis dans la queue des visiteurs munis de billets. Il y avait deux immenses queues. A 11h, le musée a ouvert les vannes. La queue des visiteurs munis de billet a avancé assez vite, par contre les autres visiteurs ont attendu... attendu... attendu...

Est-ce que l'attente en vaut la peine ? Salvador Dali est connu pour ses peintures fantasmagoriques et sa publicité pour les chocolats Lanvin. Cette exposition présente ce que nous connaissons et heureusement nous fait découvrir des oeuvres méconnues. Dès ses 20 ans, il peint des tableaux surréalistes. Dix ans plus tard, il devra faire face à la guerre d'Espagne et la seconde guerre mondiale. Ses tableaux deviennent sombres et politiques. On retiendra notamment un tableau avec une photo de Hitler dans une assiette avec des haricots. On ne connait pas très bien ses idées politiques, mais ses tableaux sentent une réflexion sur la dictature et le pouvoir. L'exposition présente aussi de nombreux tableaux sur l'anatomie, de nombreux tableaux avec des corps décomposés, des corps mutilés. L'exposition se termine avec des vidéos, des happenings et des interviews. Salvador Dali est mégalomane, complètement fou et très doué en peinture. 

Personnellement, je n'aime pas tout. Certaines peintures me laissent indifférentes. Je ne comprends pas tout ce qu'il peint. Mais certaines peintures me touchent. Une oeuvre m'a marqué : une peinture s'inspirant du mythe de Narcisse. 

Une belle exposition avec une foule de visiteurs.

A visiter jusqu'au 25 mars 2013 au centre Pompidou.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Actualités
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 20:57

Film avec Emma Thompson et Colin Firth

 

Vous connaissez Mary Poppins ? Eh bien Nanny McPhee ne lui ressemble pas. Par contre le film un petit peu. Une nounou hors du commun débarque dans une famille qui a besoin d'un coup de main. La famille est composée d'un père veuf et de 7 enfants. Et les nounous s'enchainent et aucune n'arrive à gérer les chenapans. Nanny McPhee va entrer dans la vie de Mr Brown et remettre de l'ordre dans tout cela. 

Pas de chanson, mais de la magie. Beaucoup de couleurs et des personnages vraiment rigolos. Des garnements qu'on est content de voir remis dans le droit chemin. C'est assez drôle, on rit des bêtises des enfants, on rit quand la nounou utilise de la magie pour leur donner une leçon.

Dans l'histoire il y a aussi une tante qui menace de couper les vivres de la famille si le veuf ne se remarie pas. Le rôle est tenu par Jessica Fletcher l'actrice qui joue dans Arabesque. Elle est détonnante de drôlerie dans son côté tante coincée. L'histoire se situe en Grande-Bretagne (peut-être au fin du XIXème siècle ou début du XXème).

C'est un joli conte sous forme de film. L'histoire est une adaptation de livre intitulé "Nurse Matilda" écrit en 1964 par Christianna Brand. Comme souvent dans les films qui adaptent un roman, le scénario est vraiment bon et propose un film intéressant. Le jeu des acteurs (notamment Colin Firth et surtout Emma Thompson dans le rôle principal) est excellent. Un casting exceptionnel pour un film sympathique.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 10:45

http://www.lacub.fr/sites/default/files/IMG/circulation/evenements/joyeux_noel.jpg

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories