Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 20:01

Je ne suis pas du genre à me mettre en valeur. Mais de temps en temps j'ai envie de faire des efforts. Ce vendredi, j'avais décidé de porter un robe mauve, longue jusqu'à mi-cuisse avec des bottes, des bas et une veste blanche. Après le travail, une collègue m'a proposé d'aller voir un concert au centre culturel irlandais. C'était une soirée très sympa avec en première partie un jeune homme et sa guitare et en seconde partie, Bronagh Gallagher. En sortant, j'ai pris le bus jusqu'à Bastille. Pendant le trajet, j'ai discuté avec une autre collègue. Le trajet était plaisant. En sortant du bus, j'ai hésité quelques minutes. Est-ce que je rejoins mon chéri chez ses parents ? Est-ce que je prends telle ou telle rue ? Me voilà boulevard de Bastille à marcher, il y a du monde dans la rue. J'entends deux hommes assis sur un banc remarquer la beauté de mes cuisses. Je traverse la rue, de toutes façons je vais devoir tourner rue de Bercy dans peu de temps. Avant que je tourne, je vois à côté d'un parcmètre un mec se branler. Je tourne à gauche. Mais très vite, j'ai la sensation d'être suivie. Je me dis que je me fais un flip pour rien. Mais au bout de quelques pas, je revois ce même mec en train de se branler. Il me touche le bras et je crie "ne me touche pas!" J'accélère le pas, il y a un groupe de jeunes gens bien habillés et je me faufile entre eux pour essayer de le semer. Très vite, il se retrouve encore à côté de moi en continuant à se branler. Je me rapproche de plus en plus de mon domicile et je pense que je vais le semer sans problème. J'ouvre la porte avec le bip mais là, en quelques secondes, il a mis sa main sur mes fesses. J'ai senti sa main sur ma culotte. J'ai crié, fermé la porte, j'aurais préféré lui claquer la porte sur sa gueule. J'ai couru à mon étage et j'ai ouvert et fondu en larmes. Je me suis senti sale. Je tremblais d'horreur. Le pire c'est que les premiers sentiments qu'on ressent c'est du dégoût et de la culpabilité. J'ai eu honte d'avoir choisi ces vêtements, d'être sortie sans mon chéri, d'avoir porté cette robe si courte, d'avoir mis des bas et non des collants. Mes idées étaient bien sûres embrouillées et incohérentes. Mais je pleurais tellement. J'ai réussi à un peu me calmer pour appeler mon chéri et qu'il rentre de chez ses parents. Il est rentré très vite et n'avait qu'une envie frapper ce pervers. Moi je pleurais dans ses bras. J'ai eu envie de brûler cette robe. Mes remarques n'avaient pas de sens, mais je me sentais sale. Je sais qu'il n'y a pas de vol, ni de viol, mais cette main sur mon cul c'est une agression physique et psychologique.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Personnel
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 12:51

Restaurant situé rue des écoles dans le 5ème arrondissement de Paris, la Petite Périgourdine rassemble à la fois les caractéristiques d'un bristo parisien et celle d'un restaurant de province. A l'entrée, on remarque très vite deux choses. sur la gauche, un panneau contenant des serviettes avec des étiquettes nominatives et en face une belle collection de bouteilles de vin rouge. On ne s'est pas installé en terrasse mais juste derrière la baie vitrée avec une vue sur la rue mais sans le bruit. Par contre, on a pu profiter du brouhaha de la salle. La décoration est simple dans un esprit de bristo.

Nous n'avons pu que goûter qu'une seul plat, sans entrée ni dessert par manque de temps. La pause déjeuner ne durant qu'une heure, le temps passe vite. J'ai goûté une assiette de rognons avec une sauce au cognac accompagnés de rattes du Touquet. La sauce était fluide, un peu amer, mais très bonne. Les rognons étaient bien cuits. Les pommes de terre très bonnes. Mon chéri avait choisi une cuisse de canard avec des pommes de terre persillées. C'était plutôt bon, même si le canard aurait pu être un peu moins cuit et plus fondant (c'est à dire plus confit). Mon amie avait choisi un plat du jour, saumon aux tagliatelles. Vu que l'assiette était complètement vide, je suppose que le plat était délicieux.

Bilan positif. Le restaurant est agréable, les serveurs sont aux petits soins, surtout vu le monde. Les prix sont raisonnables vu la qualité des produits. Une bonne adresse à retenir

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Gastronomie
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 15:37

La Philiharmonie de Paris propose un cycle de culture musicale intitulé "Toutes les Musiques". En fait, je suis allée sur le site de la philharmonie de Paris, car je cherchais un concert classique, et en consultant l'agenda du jour et je vois ce thème de Negro spiritual et Gospel. Je n'avais pas réservé, mais j'ai pu sans problème prendre une place au dernier moment. Nous étions au départ une quinzaine dans la salle, quelques retardaires nous ont rejoint et nous étions à peine vingt à la fin.

La conférence était proposée par Noël Balen. Il est l'auteur d'un livre sur l'histoire du negro spiritual et du gospel. Alors il aurait pu nous parler de cette musique pendant des heures et nous passionner. Il nous a présenté l'histoire de cette musique sacrée de l'esclavage à nos jours. En nous faisant écouter des voix, des tubes, des quartets et des chansons plus modernes. C'est intéressant. Je n'ai pas pris de notes pendant son exposé, pourtant j'aurais bien noté quelques grands noms pour écouter d'autres extraits.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Actualités
commenter cet article
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 15:29

Ce n'est pas un documentaire, ni un biopic sur la vie entière de Martin Luther king. Le film ne s'intéresse qu'à la marche partant de la ville de Selma, Alabama. On voit d'un côté les entretiens entre Martin Luther King et le président Johnson et de l'autre les réunions préparatoires pour faciliter l'inscription sur les listes électorales. En effet, les noirs américains ont le droit de vote mais lors de leur inscription sur les listes électorales, les fonctionnaires blancs trouvent des subterfuges pour leur refuser ce droit de citoyen par des questions de plus en plus précises.

Le film montre à la fois les manoeuvres politiques et citoyennes. C'est très intéressant et très touchant. Il y a des moments vraiment vibrants de discours mais surtout de luttes physiques. J'ai eu l'impression que le son des coups avait été exagéré. On souffre à chaque coup de matraque. La violence est partout dans les regards, les refus, les attitudes, les coups, les émeutes. Un manifestant noir choqué n'a qu'une envie prendre les armes et se venger. Mais l'un des pasteurs, ami de Martin Luther King lui rappelle à quel point le combat est inégal. Pour un blanc tué par vengeance, combien de noirs vont-ils abattre ?

Le film est fort et complexe. Il nous fait aussi ressentir les doutes et les difficultés pour Martin Luther King de mener ce combat tout en ayant un rôle de père de famille et de pasteur. L'acteur n'en fait pas trop, il est touchant.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 10:56

Limbo est un roman de science-fiction mêlant politique et chirurgie. Le livre a été publié en 1952 en pleine guerre froide. L'auteur imagine un monde en paix où les hommes se sont appuyés sur un journal intime celui du Dr Martine pour développer une nouvelle idéologie. Une philosophie de l'Immob s'est imposé, celle de renoncer volontairement à un, deux ou quatre de ses membres (bras ou jambes) et avoir des prothèses plus performantes, mais aussi pacifiques. L'auteur joue avec le mot anglais "arm" signifiant à la fois arme et bras. En réalité, le dr Martine vit dans une île isolée et ne se rend compte que tardivement que son journal intime est devenu comme une Bible. Le texte a été étudié et décortiqué. L'humour et l'ironie qu'il pensait avoir mis en parlant d'automutilation n'a pas été compris. C'est en se rendant compte de la référence à son nom qu'il va quitter son île et que nous allons suivre ses découvertes de l'évolution du monde depuis son exil.

Le livre parle ainsi de la bipolarisation de la vie politique mondiale avec l'Hinterland et l'Union. Chaque bloc a sa conception et sa vision du texte du Dr Martine. Cela fait penser à des sectes, avec un gourou par courant, des positions et des visions différentes. En parlant de mutilation volontaire pour atteindre une paix imposée, l'auteur sous-entend que la guerre est naturelle à l'homme. Les bras et jambes sont des armes et sans eux, l'homme limitera sa volonté de puissance, de domination et sa violence. L'homme n'est pas seulement animal et la possibilité d'avoir des bras et jambes plus puissants va être alléchante. La réflexion menait par le Dr Martine face à l'évolution de cette société sur ses écrits est très intéressante. Cela a nourri ma propre réflexion sur les relations humaines et la politique.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Littérature
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 20:37

La nouvelle exposition du Musée de l'art ludique est consacrée au studio Aardman. C'est la première exposition au monde consacrée à ce célèbre studio britannique. J'avais envie de la voir parce que j'aime beaucoup les films de Wallace et Gromit et le film Chicken Run mais je ne connais pas les autres œuvres de ce studio. J'y suis allée avec mon frère et son fils aîné. Ils connaissaient le film sur les pirates et le personnage de Shaun le Mouton.

L'exposition montre les esquisses, les recherches de personnage mais surtout les décors qui ont utilisés pour les films. Les dessinateurs tâtonnent sur de nombreux dessins avant de se décider sur l'aspect final d'un personnage. On apprend beaucoup à la fois sur le processus créatif mais aussi sur la minutie des créateurs de film en stop motion. Quand on voit les décors, on admire les détails des objets et des personnages. On découvre aussi des courts-métrages vraiment impressionnants.

Après l'univers de Marvel, les studios Ghibli ou les studios Pixar, l'Art ludique, encore une fois, valorise l'art du dessin, du dessin animé et des films qui en découlent. C'est intéressant et enrichissant. J'ai malheureusement raté les expositions sur Ghibli et Pixar, mais j'ai adoré l'exposition sur Marvel et Aardman.

Plus d'informations sur le site du Musée de l'art ludique

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Actualités
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 17:12

Film de Christian Petzold

L'histoire se résume assez simplement et pourtant rien n'est simple dans cette histoire. Cela se situe après la seconde guerre mondiale. Les américains sont encore en Allemagne. Les survivants des camps tentent de rentrer chez eux. C'est le cas de Nelly. Couverte de bandage, elle espère retrouver son visage et sa vie d'avant. Son amie Lene espère elle partir en Palestine pour construire une nouvelle vie. Nelly pense à son mari Johnny et se demande si il va la reconnaître avec ce nouveau visage. Elle va le retrouver dans une discothèque qui s'appelle Phoenix. Il l'aborde car elle lui fait penser à Nelly et lui propose de jouer le rôle de sa femme pour récupérer l'héritage. J'ai trouvé fou le fait qu'elle accepte cette proposition. Elle est tellement amoureuse qu'à fois qu'elle montre à Johnny ses ressemblances avec elle-même, elle est pleine d'espoir qu'il réalise qu'elle est sa femme. Ce moment est au coeur est du film. On se demande comment va se terminer cette histoire. Et tandis que Johnny lui apprend à ressembler, Nelly réapprend à être elle-même. Ce passage entre le mari et la femme rappelle le film d'Hitchcock "Sueurs froides"

Le sujet sous-jacent, le sujet qui fait face à celui de la reconstruction est bien celui du pardon. Peut-on pardonner la trahison ? Peut-on continuer à vivre dans un pays qui a tenté l'extermination de tout un peuple ? Comment une histoire personnelle s’intègre-t-elle dans une histoire nationale ?

Le jeu tout en finesse des comédiens n'est pas bavard et s'exprime dans des regards et des attitudes. Nina Hoss et Ronald Zehrfeld sont extrêmement touchants. La mise en scène oscille entre le suspens et l'histoire d'amour et le réalisateur nous fait aimer et détester de Johnny. Il ne l'aime pas, l'utilise, la façonne et on soupçonne une violence conjugale. Pourtant elle l'aime tellement qu'on oscille entre ces deux sensations. C'est assez déroutant et agréable. C'est un film très beau qui m'a rappelé Le Mariage de Maria Braun de Fassbinder. La même époque de l'après-guerre, l'envie de retrouver un mari et surtout les difficultés de faire une place à l'amour après l'horreur. Un film que je conseille, que j'ai vraiment aimé.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 19:36

Livre de Jean-Christophe Rufin, il se situe au XVIème siècle. C'est un roman mais l'auteur s'appuie sur des personnages réels tels que le chevalier de Malte, Nicolas Durand de Villegagnon. Au nom de Henri II, une expédition est organisée pour fonder la France antarctique sous les tropiques. Le romanesque apporté par Jean-Christophe Rufin concerne les deux adolescents Just et Colombe. Ils sont embarqués sur le bateau pour servir d’interprètes au Brésil. Arrivé à destination, tout l'équipage va sous le commandement du chevalier de Malte tenter de construire un fort. Mais ils vont devoir faire face à de nombreuses difficultés. Ils vont demander à Calvin d'envoyer une nouvelle expédition pour les aide. La présence sur la terre brésilienne de catholiques et de protestants va réveiller les oppositions. Ils se bagarrent un lopin de terre alors que l'ensemble du pays brésilien est envahi par les Portugais. En parallèle, on suit l'adolescence de deux jeunes gens. Les changements physiques, mais aussi la découverte du nouveau monde, la jeune fille va être attirée par la vie des indiens alors que le jeune homme s'intéresse à la politique, à la vie de la cité qu'ils construisent et reste fidèle à Villegagnon.

Ce n'est pas le premier roman que je lis de Jean-Christophe Rufin. Il a une écriture agréable, à la fois riche, complexe et fluide. J'ai apprécié surtout la création de la cité et les réflexions à la fois sur la nouvelle cité et les conflits religieux mêlés aux conflits politiques. C'est une période peu connue de l'histoire de la colonisation. C'est fort intéressant de voir l'importance dans la religion, mais aussi le mariage pour développer la future colonie. Quelle est la part d'amour dans ces arrangements et dans cette politique de colonisation ? C'est un long roman, un vrai pavé mais c'est très riche et passionnant.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Littérature
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 18:09

Film de Paul Thomas Anderson

Comment résumer ces 2h30 d'enquêtes imbriquées l'une dans l'autre ? Doc Sportello est contacté par son ex-petite-amie pour retrouver son ami qu'elle croit avoir été interné par sa femme et son amant pour des questions d'argent. il est également sollicité pour deux autres enquêtes qui s'avèrent toutes tourner autour de Michael Z Wolfmann, un promoteur immobilier juif qui a donné sa sécurité à des motards nazis. Doc Sportello est un détective privé et son côté hippie est en opposition avec le flic strict incarné par Josh Brolin.

Au début du générique de fin, j'avais le sourire aux lèvres. J'avais bien aimé ce film, même si j'ai trouvé quelques longueurs. Il rappelle d'autres films, il mêle le polar, la comédie, le film noir et le film léger. C'est vraiment un aspect que j'ai apprécié. Le scénario est une adaptation du livre de Thomas Pynchon. Je n'ai pas lu le livre mais le film m'a donné envie de le découvrir. Dans des critiques, j'ai lu que le livre était encore plus complexe que le film. Mes amis m'ont dit ne pas avoir tout suivi ni compris l'intrigue. J'ai été plus à fond dans l'histoire et les personnages. Le côté "on prend toutes les drogues qui passent" n'est pas dans le style de Las Vegas Parano. Il n'y a pas de moment où on voit les délires des hippies. L'intrigue est focalisée sur le détective privé et ses enquêtes. Le personnage de Josh Brolin aurait pu être plus présent, pour faire ressortir les différences entre les deux enquêteurs. Le personnage joué par Benicio Del Toro est l'avocat de Doc Sportello, un spécialiste du droit marin, il a seulement quelques scènes, mais il est vraiment sympa. Un autre personnage qui fait quelques apparitions et qui est assez attachant est celui joué par Owen Wilson. Pareil, on aurait bien aimé comprendre le pourquoi du comment de toutes ses aventures. Mais le film étant déjà assez long, il a bien fallu faire des coupes dans l'histoire.

Du coup, cela donne un film avec plusieurs séquences que j'adore et des longueurs sans intérêts. La bande-annonce m'a donné tellement l'eau à la bouche qu'en fait elle est presque mieux que le film. Le film manque un peu d'énergie ou alors plus d'humour car dans la bande-annonce, vous avez déjà tout vu. Alors, oui je suis critique, mais je reste positive sur le film. Il mérite d'être vu mais restez bien concentré pour ne pas vous embrouiller avec toutes les intrigues.

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 21:32

Ingrédients (pour 8 personnes) :

- 4 bananes
- 1 ananas
- 1 mangue bien mûre
- 4 kiwis
- 2 grosses oranges
- 2 pommes golden
- - 1 bâton de vanille
- 15 cl de sirop de grenadine
- 100 g de sucre en poudre
- 1 L d'eau

Préparation :

  • Pelez et coupez tous les fruits en morceaux et mettez-les dans un grand saladier. Oh punaise... C'est long... Mais c'est bon
  • Faites votre jus en mélangeant dans un pichet le sirop, le sucre et l'eau. Oh mais c'est beau tout ça ! Je fais tourner mon jus et c'est joli !
  • Versez ce mélange sur vos fruits, ajoutez l'intérieur du bâton de vanille.
  • Mettez au réfrigérateur minimum 2 h. Plus vous la laisserez au frais, meilleure sera votre salade de fruits frais!.
Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Gastronomie
commenter cet article

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories