Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 23:59

Arrivés face à la halle de la Villette, nous remontions l’allée en direction du zenith. Le concert commençait dans plus d’une heure.  Nous avons pris le temps, assis sur un rebord de manger les sandwichs préalablement préparés. Nous nous étonnons alors de l’absence de queue. Personne à l’horizon. ? Mais où sont les fans ? Nous avions pourtant rendez-vous avec une légende…

Nous passons rapidement les différentes étapes, agents de sécurité et ouvreuses pour entrer dans le zenith. Une petite boutique (étrangement petite d’ailleurs) proposait des T shirts et affiches à l’éfigie de la star que nous attendions depuis juin, date à laquelle il avait annulé son concert pour extinction de voix.

Premier aperçu de la fosse. La musique de fond est lyrique, rien d’étonnant me dit-on. Pourtant je ne m’y attendais pas.  En attendant, nous nous asseyons sur des marches d’escalier, histoire de ne pas rester debout le temps d’attendre le début du concert et vu le peu de monde, pas vraiment besoin de réserver une bonne place dans la fosse. Par précaution, on s’installe 20 minutes avant. 

En première partie, Doll and the kicks. Euh.. Ben… C’est du rock. Avec une guitare, une basse et une batterie. Et une fille qui soit disant chante. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet. Mais elle m’a semblé plus crier que chanter. Bon en gros, j’ai pas aimé la chanteuse. Je précise la chanteuse car les musikos étaient vraiment pas mal.

40 minutes plus tard, le groupe nous a salué pour rejoindre les coulisses et pour ranger son matos. Pour patienter le temps que tout soit prêt, des vidéos étaient projetées sur un drap blanc. Il y a eu des clips et des interviews de groupes appréciés par Morrissey. Puis le drap est tombé. Les musiciens sont apparus en fond de scène et LE seul et unique Morrissey est arrivé sur scène. La scène n'avait pas de décor mais seulement la photo d'un acteur italien le doigt pointé vers le public.

Il a commencé le concert avec une des chansons phares des Smiths : This Charming Man. Les chansons se sont enchaînées. Morrissey a chanté et un peu postillonné. On ne peut pas dire qu’il ait vraiment dansé. Ce n’est pas son truc. Son truc est de chanter, de prendre des poses et de prendre du plaisir. Et cette simplicité donne énormément de plaisir aux spectateurs. Ca détonne par rapport à d’autres artistes et d’autres spectacles où le public applaudit sur les chansons, chante des parties… Là les spectateurs chantent dans un respect de l’artiste. Seule sa voix et la mélodie sont mises en avant. Lui-même ne comprend pas bien ce qui se passe. Why do you love me ? Il a proposé une playliste mêlant des titres de ces derniers albums solos et des tubes du groupe formé notamment avec Johnny Marr les Smith. De quoi régaler les nouveaux fans et les plus anciens venus l'écouter dans la City of Lovers.

Je ne fais pas partie des aficionados. J’ai découvert les Smith et Morrissey il y a deux ans à peine. Je n’ai acheté qu’un seul album The Queen is dead. Et ce concert au Zenith m’a fait tripper. J’ai chanté les quelques chansons que je connaissais, j’ai dansé et je me suis simplement régalée sur du rock. Un rock multifacette mais qui envoie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories