Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 22:23
Vaudeville en trois actes représenté pour la première fois à Paris, le 19 septembre 1888 au théâtre Dejazet.

Cette pièce est actuellement en tournée avec des visages connus comme Jean Benguigui, Valérie Mairesse ou Arthur Jugnot. Les pièces de Feydeau se construisent souvent sur les mêmes principes de marivaudage maîtresse et amants dans une bourgeoisie où les quiproquos nous font bien rire.

Chat en poche est une expression supposant qu'on achète un sac sans voir ce qu'il y a l'intérieur. Un chat ? mais non un tenor, monsieur. En effet, Julie, fille de M. Pacarel, a écrit un opéra et son papa est tout heureux d'annoncer à sa fille qu'un tenor va arriver de Bordeaux pour défendre son oeuvre à l'opéra de Paris. Mais quand un Bordelais arrive, papa imagine de suite que c'est le tenor tant attendu alors qu'en fait c'est le fils de son ami Dufausset. De quiproquos en coup de foudre, de bout de papier en trait en craie sur des costumes, Feydeau était un fin humoriste. On rit de cette bourgeoisie si droite et si coincée.

Dans cette mise en scène de Pierre Laville, le personnage bordelais joué par Arthur Jugnot est en vrai décalage avec les autres bourgeois parisiens. Alors que dans l'histoire orginal, tous les personnages étaient du même rang social (excepté Tiburce, le domestique), ici, Dufosset semble être un parasite, comme un Tanguy chez papa et maman. Ses vêtements, son attitude, son corps et sa diction le distinguent des autres personnages.

Une mention spéciale pour le comédien qui joue le fiancé de Julie, David Macquart est incroyable.

Le rythme et l'humour de Feydeau sont là. On rit, on s'amuse. On voit des allusions aux jeunes modernes. Apparemment, nos parents nous trouvent envahissant, dragueur et dépensier. C'était pas nécessaire. Une pièce de Feydeau est déjà pleine de sens et de sous-entendu sur la bourgeoisie. Est-ce nécessaire de rajouter des allusions supplémentaires ? Cela met un peu de piment supplémentaire. A vous de voir si vous aimez les pièces pimentées.http://www.lefigaro.fr/medias/2009/03/04/07666572-080f-11de-86db-d33d4d96e58d.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories