Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 09:54

Un film sur le milieu de la danse, après un film sur un catcheur , The Westler, Darren Aronofsky aime apparement centrer l'histoire sur un personnage dans un passage de sa vie en tension où il doit se surpasser pour aller au delà d'une situation qui perdurait jusque là.

 

Nina sent que son heure est arrivée. A elle, le devant de la scène et les grands rôle. Cependant, malgré une technique irréprochable, le chorégraphe hésite à la sélectionner car même si elle serait parfaite pour le cygne blanc, il a de gros doutes sur sa capacité à interpréter le cygne noir, plus vicieux et sombre.

 

http://www.citizenpoulpe.com/wp-content/uploads/2011/02/Film-Black-Swan-Nathalie-Portman.jpg

 

Elle va devoir faire appel à tout ce qu'elle a refoulé au plus profond d'elle-même, ouvrir un combat avec son côté obscur. En même temps que se prépare ce spectacle, elle se sent menacé par la dernière recrue, Lily, qui incarnerait plus facilement le cygne noir, par son côté désinvolte et sensuel.

 

Darren Aronofsky a la capacité de nous faire ressentir tout ce que nous voyons et entendons. A tel point que pour The Westler j'étais totalement incapable de le regarder. J'ai regardé les premières minutes avec mon chéri et j'ai fini cachée sous la couette tellement gênée par les scènes de catch.

Dans Black Swan, la violence n'est pas que physique mais aussi psychologique. Le stress du spectacle, la tension dans la troupe et l'évolution de la jeune fille dans sa vie personnelle apportent une gêne au spectateur qui voit tout cela. Le réalisateur m'a fait ressentir des choses que j'avais déjà ressenti de façon plus atténuée ou plus douce. Là, pendant tout un film, je suis passée par différents états : stress, douleur, joie, crainte et en sortant de la salle, je flottais. Mes sens étaient décuplés, j'entendais tous les sons, je ressentais le sol sous mes pas, je marchais doucement. J'ai mis du temps à revenir dans le monde réel.

 

Une interprétation de Natalie Portman absolument incrpoyable. J'ai jamais vu un film où elle était mauvaise. Mais là elle est brillante. Mila Kunis qui joue le rôle de Lily jouait Jacky dans la série That's 70's show. Elle était super drôle dans cette série. Elle est dans le film désinvolte à souhait et vraiment sensuelle... Bon Vincent Cassel n'est pas excellent. Pas mal, mais il fait pas le poids face aux interprétations des filles. En effet, le rôle de la mère de Nina, jouée par Barbara Hershey est très subtil et assez prenant. Les relations mère-fille sont comme leur passion, forte, amoureuse et destructrice.

 

On ne ressort pas indemne d'un tel spectacle, un film magnifique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories