Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 16:16

Voici le film qui a inauguré la soirée fantastique 2010 proposée par le cinéma Utopia à Aivgnon. Il nous a été présenté comme un film bourré de référence cinématographique, italien érotique et français de la nouvelle vague. Quand les spectateurs ont entendu ces expressions, il y a eu des réactions... Oula... Qu'est-ce qui nous attend ?

 

Le film Amer est intéressant par toutes ses innovations et son côté dérangeant. Visuellement, il y a une grande utilisation de gros plans, il arrive régulièrement qu'on voit un oeil seul à l'écran. Il y a aussi des scènes avec des superpositions d'images et de couleurs. On nous emmène en quelques secondes dans un monde onirique. Le plus étonnant c'est que le réalisateur ne se limite pas à montrer mais il nous fait entendre. Le son est omniprésent. Une goutte qui tombe. Le bruit d'un pas sur les graviers. La respiration angoissante d'un personnage qu'on ne voit pas. L'ambiance est posée.

 

Je n'ai pas de grande culture cinématographique. Je n'ai pas vu les références au cinéma italien, mais j'ai ressenti ce que cela voulait dire. C'est érotique, visuel, sensuel. La femme est magnifiée.

 

Par contre, le film est découpée en trois parties, trois moments de la vie : enfance, adolescence et la vie adulte. Je trouve qu'il n'y a aucun lien entre ces moments. Bien sûr, c'est un personnage féminin qu'on suit, qu'on voit grandir. Mais il n'y a aucune référence à son enfance quand on la voit ado ou adulte. Je me demande si il n'aurait pas été plus intéressant de se focaliser sur une période et de la développer ou de découper en trois courts métrages. Il n'y a pas de liant à toutes les scènes et c'est dommage, car chaque passage a son intérêt. Même si j'avoue avoir une préférence pour le début, l'enfance. La dernière partie était moins originale dans le scénario, même si la façon de filmer était très surprenante. Et au milieu, l'adolescence,là j'avoue n'avoir ni référence ni intérêt. On peut comprendre que c'est la puberté, l'envie de plaire aux hommes d'une jeune fille. Mais bon, ca ne m'a pas plu plus que ça.

 

Au final, on sort d'un film comme celui-là, en se disant que le cinéma a de beaux jours devant lui. Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais en tout cas, il y a beaucoup d'inventivité et d'utilisation de cet art. Il sera intéressant de voir les prochains films de ce réalisateur. Malgré les quelques critiques que j'ai émise, je conseillerai de le voir et de se faire son propre avis. Peut-être vous aimerez des parties que je n'ai pas comprises et cela sera l'occasion pour moi d'aller au delà de ma première impression.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories