Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 21:58
Encore de la chaleur. Pourtant le ciel se fait un peu nuageux. Allez debout et puis j'ai envie de faire pipi. ( à prononcer avec la bouche de travers pour faire plus authentique). Sur mes deux pieds, je me poste à côté des lits superposés où se trouve mon compagnon. Sa tête se tourne pour apercevoir mon visage à moitié réveillé. "Tu prends ta douche et on file au petit dej." On met les draps au sale et nos affaires dans les sacs à dos. La fatigue des deux jours se fait sentir.

Direction le quartier européen. Les rues sont vides. Le quartier se limite à des grands buildings. A chaque pays, son drapeau et son immeuble. Une représentation auprès de la commission européenne. On découvre une exposition de photos concernant le pays présidant l'Europe depuis janvier  2009 : la république tchèque. On contourne l'immeuble. On arrive à un croisement. Là je me laisse guider par les envies de mon compagnon. On tourne et retourne. Finalement, je prends le plan et l'emmène au parc du cinquantenaire. Là, installés sur un banc, on se détend. Une main caresse ses cheveux et l'autre main tient un roman. Puis on se promène dans le parc, prend quelques photos et on se réinstalle sur un autre banc.

Notre promenade reprend vers le sud du quartier. Place Jordan où un marché est installé. Enfin des Bruxellois. Enfin de la vie. La faim arrivant, je décide de déguster de la pizza de chez Mamma Roma. Délicieuse. Mon homme préfèrerait manger des frites. Mais la longue queue d'attente le refroidit. C'est reparti. Direction le centre ville. Sur le chemin, on découvre une scène avec des rappeurs, puis des stands les uns après les autres proposant de la nourriture africaine. Ambiance garantie.

L'envie de frites est tenace, direction Fritland. Mais à la place de chocolat du musée en dessert, on déguste une gaufre bruxelloise. J'avoue avoir été un peu déçue. Je l'ai prise avec seulement du sucre glace pour bien sentir le goût de la pâte. Et il y avait un goût de caramel mais la pâte n'était pas particulièrement bonne. Peut-être a-t-on mal choisi notre fournisseur.
Dernier moment sur la grand'place. Puis direction le nord de la ville. Envie de voir d'autres rues. Dans notre guide, le quartier est décrit comme empli de bars branchés jazz. Mais un dimanche après-midi, l'ambiance est tout autre. Au bout d'une rue, on remarque un tramway bloqué. Ils installent un camion pour le remorquer jusqu'à un croisement où le camion va dans un sens et le tramway dans l'autre. Tout se bloque. Une main me tire pour calmer ma curiosité.

 A un tournant, on décide de s'assoir devant une vieille église. Puis, on traverse la route juste pour la vue. Après un instant, un jeune homme s'arrête devant nous, un portable à la main. "Vous avez vu l'accident? Au coin de la rue, un chauffard a foncé dans l'étal d'un magasin. Il n'y a pas eu de mort mais un blessé." Il continuait son récit avec élégance. Et mon compagnon répondait avec humour. Puis d'un coup, comme ça, sans prévenir, "ici à Bruxelles, ils conduisent n'importe comment. Ce sont des ...  des ... des enculés !" D'où sort ce mot. Que pasa? Il se lâche, dis donc.
On passe dans la rue quelques temps après, et c'est vrai que l'étal était complètement éparpillé. Du monde tout autour et nous partions pour retourner vers la ville. Juste au bord du périphe, un jardin botanique nous a tendu les bras. C'était fleuri et bien taillé avec des coins et recoins très jolis.

Le temps passait à une vitesse que nous devions penser à aller au musée avant sa fermeture. Nous avons passé une heure et demi, fatigués, à voir des tableaux des peintres flamands dans le musée des beaux-arts. C'était assez joli mais la fatigue des longues marches effectuées nous poussaient à nous assoir régulièrement. Le musée fermait tôt : 17h. Il fallut donc nous retirer. Un dernier verre avant le train. Une adresse à retenir : le perroquet, un bar dans une déco "art déco". Sans Kriek disponible, nous avons pu goûté à une bière à la framboise. Plus qu'un dernière visite avant le train. Une envie de voir la maison de Bruegel. Et voilà, il a fallu dire "au revoir" à toutes ces rues et à cette ville. Retour à Paris avec un beau bronzage et des jambes très fatiguées.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories