Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:27

Au XIXème siècle, on découvre une jeune fille qui réfléchit et qui a de la répartie. Dans un pensionnat de jeunes filles, Emily Dickinson se rebelle face au dogme, face aux discours évangéliques et face aux positions strictes qu'on lui demande. Sa famille vient la ramener chez elle.

Elle va rester jusqu'à la fin de sa vie dans sa maison et son jardin. Elle ne veut pas quitter sa famille et par conséquent créer sa propre famille. Elle dit que son frère et sa sœur sont les beaux de la famille, elle se dit laide et s'enferme. Elle se concentre sur l'écriture de ses poèmes. Elle écrit la nuit vers 3h du matin. Des poèmes courts et impertinents. Elle est féministe, mélancolique, désespérée, sévère et frustrée.

Le film est impertinent avec des répliques piquantes. Le réalisateur propose des images belles et très travaillées. La lumière est très douce. Je me suis demandée longtemps si cela ne se passait pas en Angleterre. En fait, c'est le réalisateur qui est anglais et qui apporte une ambiance. Avec une construction chronologique, le film est drôle, brillant et cinglant dans la jeunesse de la poétesse, mais avec l'âge, le film comme la poétesse devient sombre et austère.

Les acteurs sont rajeunis au début du film. Seul le rôle d'Emily Dickinson est interprété par deux actrices différentes. Le frère Austin n'est pas très intéressant au contraire du père joué par Keith Carradine, un personnage avec de la prestance et une droiture. Même âgé, le père joue toujours son rôle patriarcal auprès de sa fille. Sa sœur Vinnie a de l'admiration pour Emily mais lui dit plusieurs fois qu'elle est trop exigeante. La mère est mélancolique et sombre. Un personnage qui influence de façon inconsciente ses enfants. Le fait que seul le garçon sur les trois enfants se marie et a un enfant m'a interrogé sur la filiation. Est-ce que leur mère ne leur a pas transmis l'envie de maternité ? Est-ce que sa rébellion féministe va jusqu'au refus de créer sa propre famille ?

Le film est beau, poétique avec la lecture de ses poèmes en voix off. Doux et cruel.

Partager cet article

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories