Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 19:42

Martin Scorsese souhaitait depuis plusieurs années adapter le roman du catholique japonais, Shūsaku Endō. Le silence du titre est le silence de Dieu face aux souffrances de ses martyres.

Deux prêtres jésuites essaient de retrouver leur mentor au sein d'un Japon hostile. Ils n'ont plus de nouvelles du père Ferreira depuis longtemps et des rumeurs affirment qu'il a renoncé à sa foi et a une femme et un enfant au Japon. Ne voulant pas croire ces rumeurs, Père Garupe et Père Rodriguez partent sur ses traces. Ils se retrouvent sur une île où le christianisme est combattu par la peur et par la torture. De nombreuses difficultés vont bouleverser les croyances pourtant solides des deux pères.

Le film ne se concentre pas tellement sur le duo des pères. Mais au moment de leur séparation, l'histoire se limite à suivre père Rodriguez, joué par Andrew Garfield. Il quitte le père Garupe, joué par Adam Driver. Ils vont rencontrer des japonais convertis au christianisme qui supportent toutes leurs souffrances dans l'attente du paradis. Mais le père s'interroge sur la force de la foi face à la torture. Les autorités japonaises exigent le renoncement de leur foi. Le père Rodriguez a de la pitié pour les paysans et leur conseille de renoncer, tout en gardant une foi intérieure. Mais lui, il va vouloir rester droit dans ses bottes le plus longtemps possible.

Régulièrement au long de son parcours, il va rencontrer Kichijiro, un paysan japonais, renonçant à sa foi chrétienne pour rester en vie alors que sa famille résiste. Il représente une figure rappelant Judas qui passe son temps à trahir le père Rodriguez et à lui demander la confession et l'absolution. Mais sa faiblesse est si grande que le cycle semble sans fin.

Andrew Garfield va au fur et à mesure faire apparaître sur son visage une figure christique. Sa foi semble sans limite. Pourtant toute cette aventure va l'amener à douter, à souffrir, à se sentir coupable. En tant que spectateur, j'ai oscillé entre le reproche du prosélytisme des chrétiens et la violence des autorités japonaises. Ne sachant quelle souffrance est la plus insupportable. Je suis sortie avec des interrogations et j'ai aimé ne pas avoir toutes les réponses. Ce film accompagnera mes réflexions sur la foi encore quelques temps. Martin Scorsese avait provoqué avec "la dernière tentation du christ" où j'étais sortie choquée et bouleversée, obligée de réfléchir à l'humanité de Jésus. Là il ouvre la réflexion sur le martyr et la force de la foi.

Partager cet article

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories