Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 16:41

Le texte est tellement connu. Roméo et Juliette a sa réputation de texte tragique et romantique. On se demande que va apporter une nouvelle mise en scène. Eric Ruf a relu le texte et a eu envie de tenter une nouvelle mise en scène. Il a choisi de situer l'histoire dans l'Italie du début du XXème siècle avec un décor d'immeubles blancs. Dans une scène avec Benvolio et Tybalt, on sent la chaleur ambiante. Le décor est mouvant en laissant soit un grand espace de jeu soit en limitant le jeu à l'avant-scène avec des carreaux blancs et des lavabos assez anciens. C'est pas forcément très beau mais cela fonctionne tout très bien.

Le spectacle se coupe en deux. La première partie est légère et drôle. La seconde est tragique. Le moment clé ? les deux meurtres : Mercutio puis Tybalt. Avant cela, il y a déjà des tensions, des impressions qu'un malheur va arriver, mais surtout, il y a le coup de foudre entre Roméo et Juliette. Leur amour, leur enthousiasme et leur mariage. Ils sont tellement follement amoureux qu'ils nous amusent. Leur fougue est prenante et touchante. Le duo de comédiens nous prend aux tripes. Leur malheur va nous bouleverser et Juliette va prendre les choses en main pour essayer de s'extirper d'une situation étouffante. Leur désespoir est terrible. Quand elle refuse le prétendant que son père lui impose, les deux comédiens explosent de colère, on sent dans la salle l'explosion de la famille. Quand elle va revenir vers lui docile et acceptant le mariage avec Pâris, son père va se transformer en mère douceur et va prendre en main toute l'organisation du mariage. Il va porter le matin du mariage un tablier très féminin.

Eric Ruf fait de même pour toute la pièce. Tout en étant respectueux du texte, il change des petits détails en modernisant des accessoires ou des petites lignes de texte. C'est très agréable et ca ouvre Shakespeare aux jeunes, très présents dans le public ravi de ce spectacle.

J'ai quelques remarques négatives mais vraiment peu. J'ai pas aimé la scène de la mort de Mercutio. J'avais en tête le film de Baz Luhrmann où Mercutio fait son discours à Romeo et en le comparant à cette proposition théâtrale, je n'ai pas aimé le choix d'interprétation où il meurt en riant, alors que le texte dit "la peste soit de vos deux maisons". Mercutio est en colère et a la haine d'avoir été tué par erreur. Il a pris un coup destiné à Roméo. Sur scène, à la Comédie française, il titube sur scène, rit et meurt. Je n'ai pas ressenti sa haine.

Par ailleurs, il arrive plusieurs fois dans la pièce que le texte ne soit pas très audible. Entre les cris et leurs émotions, les comédiens ne nous permettent pas toujours de bien entendre le texte shakespearien. Un regret partagé avec d'autres spectateurs.

Je trouve que cette mise en scène et l'interprétation proposées par la Comédie française sont passionnantes. Je suis sortie exaltée et enthousiaste de ce spectacle. Je le conseille à tous, jeune et moins jeune. J'ai lu quelques critiques trouvant le spectacle vulgaire, mais franchement, j'ai trouvé tout si juste, si touchant !

Partager cet article

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories