Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 22:09

Dans mon abonnement de la Comédie française, il y avait cette pièce, La Mer écrite par Edward Bond.

La pièce commence sur une tempête. Un homme crie pour essayer de sauver son ami. Un autre homme ivre passe sans rien faire et un dernier homme, le garde-côte passe sans faire quoi que ce soit pour aider l'homme en détresse. La scène se passe dans un petit village anglais en 1907. Dans ce village, Mme Rafi est la grande dame du village. Le garde-côte de ce soir-là était le vendeur de tissu, M Hatch. Il est dépendant financièrement des commandes et des excentricités de Mme Rafi. Elle lui en veut de ne pas être intervenu pendant cette tempête, car Colin le fiancé de sa nièce est mort noyé. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que M Hatch pense que les deux hommes en danger ce soir-là était des martiens. Il devient paranoïaque en imaginant une invasion martienne. Mme Rafi organise les funérailles de Colin. Son ami Willy lui tombe amoureuse de la fiancée de Colin et tente de la convaincre de partir en ville.

Pour être honnête, je n'étais pas d'humeur joyeuse. Je n'ai absolument pas ri, ni même souri. J'ai bien compris les moments où l'auteur voulait que nous riions. J'ai trouvé nulle la mise en scène et surtout le choix de fermer le rideau pour chaque changement de décor. Salle dans le noir et fausses vaguelettes sur le rideau, je m'ennuyais. Cette mise en scène d'Alain Françon n'est pas moderne et manque d'imagination. Le décor est sans intérêt, c'est juste histoire de nous situer dans un lieu.

Les comédiens sont remarquables. Notamment Cécile Brune dans le rôle de Mme Rafi mais aussi Stéphane Varupenne dans le rôle de Hollarcut et Hervé Pierre dans le rôle de Hatch. Mais le jeu des acteurs ne sauve pas cette pièce ennuyeuse. C'est la première fois que je quitte la salle sans applaudir. Une grosse déception.

Partager cet article

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Théâtre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories