Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 17:47

Dans une librairie d'Avignon, je vois sur un présentoir le livre de J.M. Coetzee intitulé "L'enfance de Jésus". Je l'ai acheté juste parce que le titre m'interrogeait et que l'écrivain avait reçu le prix Nobel de littérature. J'ai aimé son écriture. Ce roman parlait de l'émigration par le prisme d'un homme et d'un enfant. Ce n'est pas son enfant mais il souhaite l'aider à trouver ses parents. Il choisit en réalité une femme sur son instinct et décide qu'elle sera sa mère adoptive. Une nouvelle famille se crée, un lien se crée. Mais l'évolution de leur relation m'a déplu parce que l'enfant devient capricieux et gâté. La fin du livre m'a laissé un goût amer.

Alors je décide d'acheter un autre roman du même auteur : Disgrâce. Ce roman parle de deux types de disgrâce : une réputation et un corps. C'est un livre fort parfois troublant. Un professeur doit quitter son poste à l'Université du Cap car une étudiante le poursuit pour harcèlement. Il se réfugie chez sa fille qui est fermière, gère un chenil et vend des fleurs au marché. Ils se font agresser dans la maison de sa fille. Comment réagir après ça ?

Ce livre fait ressentir une violence et le traumatisme de l'agression. Qu'elle soit verbale ou physique. Il ne donne pas de leçon. Il ne juge pas. Il aborde sans faire un long discours le fossé entre blancs et noirs. Il n'y a rien d'explicite sur ce sujet mais on le ressent, on le vit, on le perçoit, on l'expérimente. Son écriture n'est ni froide, ni larmoyante. Il nous émeut. Il est probable que j'essaie encore de découvrir d'autres histoires de cet auteur qui n'a pas volé son prix Nobel.

Partager cet article

Repost 0
Lili, la Freudreuse - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lili, la Freudreuse
  • Lili, la Freudreuse
  • : De l'écriture, de la réflexion et un soupçon de légèreté pour un plat qui se mange à toute heure de la journée
  • Contact

Recherche

Catégories